Les réfugiés rwandais au Cameroun ont perdu leur statut selon HCR; ils peuvent rentrer au Rwanda ou avoir une carte de séjour 



Selon le recement de 2015, il y a plus de 2000 réfugiés rwandais au Cameroun qui sont venus dans ce pays, pour un certain nombre, après avoir comis   le génocide contre les Tutsi de 1994. Du Rwanda au Cameroun, la majorité a traversé la RDC et Congo. Mais un petit nombre, plus particulièrement les intellectuels et les nantis, ont transité par l'Europe, notamment la Belgique, où des services missionnaires les orientaient vers le Cameroun. 

Dans le cadre d'instaurer la paix entre les rwandais, le gouvernement du Ewanda a décrété la cessation d'hostilité entre les Rwandais et désormais tous les réfugiés peuvent rentrer car le gouvernement, le HCR, le Gouvernement d'accueil et les réfugies se sont mis d'accord pour lever le statut de réfugié et ce qui en était la cause. 

Dans le cadre de la clause de cessation du statut de réfugié, deux options sont proposées à cette communauté, se résumant par un retour au Rwanda ou de rester dans le pays d'accueil.

Malgré ces engagements tripartites rassurants, il y a des réfugiés qui craignent de rentrer au Rwanda, dépendant du dégré de leur engagement et d'implication dans le génocide contre les Tutsi.

C'est dans ce cadre, à Yaoundé, le 8 janvier que quelques 700 ressortisants anciens réfugiés rwandais, ont participés à une manifestion qui visait non seulement à réfuser de retourner au Rwanda, mais aussi à demander des papiers qui les permettront d'obtenir la nationalité camerounaise.

Les anciens réfugiés rwandais rejettent le statut de simple expatrié que leur propose la représentation camerounaise de HCR. Ils réclament plutôt celui de résident qui leur donnerait acces à la nationalité camerounaise.

Lors de leur manifestation le 6 janvier, les manifestants ont dis lors des négotiations, le HCR les a promis d'avoir une carte de résident d'une durée de 10 ans. A la place, ils ont pu obtenir une carte de séjour de deux ans. Le but des manifestants étant plutôt d'obtenir enfin de compte la nationalité camerounaise. La carte de séjour ne le permet pas.

Le responsable de HCR justifie cette position administrative en citant la loi camerounaise qui exige plusieurs étapes à franchir avant d'obtenir le statut de résident, et l'obtention de nationalité. 

Ayant réfusé de récupérer les cartes de séjour, les rwandais au Caméroun sont devenus de sans-papier incapables d'effectuer des opérations bancaires et autres services qui exigent une carte d'identité pour se faire identifier