Wenceslas Twagirayezu, un présumé génocidaire qui vivait au Danemark, vient d’être extradé au Rwanda où il est recherché par la justice du pays.


Voir vidéo à la page d'accueil


Les procureurs rwandais l’accusent d'incitation à la violence pendant le génocide de 1994. Il aurait dirigé une milice génocidaire dans le nord-ouest du pays, qui avait pris pour cible les Tutsis pendant le génocide d’avril 1994.

Twagirayezu vivait au Danemark depuis 2001 et il est le deuxième Rwandais à être extradé du Danemark. Le premier étant Emmanuel Mbarushimana, qui a été condamné à la prison à vie par la Justice rwandaise en 2017, trois ans après son extradition.

Le Rwanda a aboli la peine de mort en 2007 dans le but d'encourager les pays opposés à la peine capitale à remettre les suspects du génocide à la Justice rwandaise.

Pendant le génocide, M. Twagirayezu était responsable local de la Coalition pour la défense de la République (CDR), un parti radical qui non seulement a incité à la violence mais dont les membres ont aussi commis le génocide contre les Tutsi.



 

Arrivé à Kigali de Twagirayezu, avec une croix sur la poitrine et un non qui fait appel à Jésus. D'autres génocidaires portaient des chapelets, les massacres dans les églises étaient les préférés car plus efficaces. L'implication des chrétiens, des pasteurs, des prêtres et des évêques était généralisée ! Ont-ils tué au nom de Jésus ? 

 

La milice que dirigeait Twagirayezu, opérait dans le district de Rubavu et elle est soupçonnée d’avoir préparé le meurtre de civils qui avaient cherché refuge dans une université, rapporte le New Times.

M. Twagirayezu, en détention au Danemark depuis mai 2017, a été remis aux autorités de Kigali au début de la semaine par le service judiciaire danois.