HAITI : Agnès Binagwaho Apporte un Peu du Rwanda

Son boubou, tenue traditionnelle africaine, est éclatant. Beaucoup de vert et du jaune. C’est la première chose que l’on voit d’elle. Par Le Nouvelliste





Très vite, ses reparties prennent le dessus. Sa bonne humeur contagieuse, ses idées claires et bien articulées accrochent. Elle a un-je-ne-sais-quoi d’engageant.
Vous conversez deux minutes avec le Dr Agnès Binagwaho, vous saisissez sans peine que vous avez affaire à un leader et à une professeure de médecine.
En fait, on voit moins le médecin, surtout l’acteur du changement, pas dans le domaine de la santé, mais dans celui du développement au sens large. Elle vient du Rwanda, pays qui a inventé une autre façon de faire. Elle l’explique très bien.
Ancienne ministre de la Santé du Rwanda où elle a été aux affaires pendant plus de 14 ans dans la haute administration, Agnès Binagwaho est aujourd’hui rectrice de University of Global Health Equity (Université de la santé globale basée sur l’équité) et c’est à ce titre qu’elle est de passage en Haïti.
Du Rwanda à Haïti, il y a une connexion : Zanmi Lasante. L’organisation intervient au pays de Paul Kagame et a mis sur pied l’université.
Dans ce centre universitaire, on forme des médecins à la santé globale, l’une des clés de la philosophie mise en pratique à Cange et à Mirebalais par l’organisation du Dr Paul Farmer.
Pendant son passage en Haïti, la professeure Agnès Binagwaho présentera la trajectoire qui a permis au Rwanda d’améliorer significativement son système de santé ces vingt-quatre dernières années et tentera de dégager les leçons qui pourraient être utiles pour un pays comme Haïti.
Agnès Binagwaho visitera l’Hôpital Universitaire de Mirebalais (HUM), participera à l’inauguration de l'unité d'oncologie; aura une rencontre de travail avec la conférence des doyens des facultés de médecine, présentera deux conférences, l’une à la Faculté de médecine de l’UEH, l’autre à l’Université Quisqueya sur « Les facteurs déterminants de la transformation du système de santé au Rwanda ».
Il est prévu qu’elle rencontre la ministre de la Santé publique, le Dr Greta Roy Clément, et les membres de la Commission présidentielle pour la réforme du système de santé.
Dommage que le président, le premier ministre, médecin lui-même, et les parlementaires qui disposent d’un budget plus important que celui de la santé ne soient pas (pas encore peut-être) sur sa liste de visites annoncées.
Nos politiques auraient intérêt à s’entretenir avec le docteur et professeur Agnès Binagwaho. Elle explique très bien que la santé comme tous les autres secteurs qui vont mal dans nos pays pauvres sont interconnectés. Qu’il faut rechercher des solutions globales. Elle explique surtout que tout commence par un projet, une vision, une philosophie.
« Nous avons pour mission de changer la façon dont les soins de santé sont dispensés dans le monde », a expliqué l’ancienne ministre de la Santé, ce mercredi à l’hôtel Marriott où elle a répondu aux questions du Nouvelliste. La formation que l’on dispense se base sur des principes de la science de la mise en œuvre. Cette science qui est applicable dans tous les secteurs, a expliqué le Dr Binagwaho.
Savoir mettre en œuvre. Bien mettre en œuvre. Cette indispensable clé de la réussite nous fait défaut dans bien de secteurs en Haïti.