Dans ce livre, Sidi N’Diaye examine le rôle des imaginaires historiques haineux dans les massacres de proximité. S’inscrivant dans une perspective comparative, il étudie le meurtre de voisins juifs en Pologne durant la Seconde Guerre mondiale et le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994.



Dans son analyse, l'auteur s'intéresse aux argumentaires et aux justifications psychologiques et théoriques de ces violences extrêmes exercées par des groupes d’individus sur des collectivités de proches. Pour ce qui concerne la Shoah, l'étude de Sidi N’Diaye s’adresse donc uniquement aux cas de dénonciations ou d'assassinats de Juifs par leurs concitoyens polonais.
En intégrant les mythes qui ont contribué à former des imaginaires de haine particulièrement néfastes, ce travail tente de rendre compte des ressorts des meurtres de voisins dans ces entreprises massives de destruction que furent le génocide des Juifs en Pologne et celui des Tutsis du Rwanda. Il y décèle des expressions comparables, des animalisations du même type et des atteintes semblables aux corps des victimes.
« Il est difficile de rapporter l’ampleur des crimes commis contre les Juifs par les paysans polonais à celle des Tutsis par leurs voisins hutus. Au Rwanda, la participation au meurtre des voisins fut directe et massive. En Pologne, ce phénomène fut plus disséminé si l’on excepte les pogroms des territoires orientaux de la Pologne en 1941, et surtout beaucoup plus atténué en raison de la responsabilité nazie. Mais l’identification de mécanismes semblables de destruction dans des sociétés paysannes éloignées dans l’espace et dans le temps mérite qu’on s’y attarde car elle apporte un éclairage nouveau sur les crimes génocidaires... »
Les histoires dramatiquement extraordinaires de gens ordinaires, c’est ce dont le présent travail tente de rendre compte, mobilisant des scènes géographiques et temporelles éloignées. Ces histoires sont celles de voisins juifs et tutsis exécutés par d’autres voisins, polonais et hutus. Les meurtres de voisins en Pologne et au Rwanda ont été de « vraies » réalités trouvant en partie leurs origines dans des mythes dont la vigueur et la vitalité contribueront à former des imaginaires historiques et de haine particulièrement néfastes. L’analyse sérieuse de ces imaginaires meurtriers reste fondamentale pour qui souhaite saisir les ressorts de la violence de proximité en Pologne et au Rwanda.
Sidi N’Diaye est chercheur associé à l’Institut des Science sociales du Politique - Université Paris Ouest Nanterre.
En librairie en novembre 2017, format : 14x21,5
180 pages
ISBN : 9782356875563
Prix de vente public : 18.00€