FRANCAFRIQUE : Macron à Dakar : Une Visite Inutile, le Sénégal Doit Imiter le Petit Rwanda

Le jeune président français Emmanuel Macron, né 17 ans après les indépendances africaines, est attendu ce jeudi à Dakar. Une visite de toutes les tensions. A quoi bon, pour lui qui dès l’entame de son mandat avait pourtant été clair : il n’a pas de politique africaine, mais une politique étrangère. Par Xbar.Net


Ce qui veut dire l’intérêt de la France uniquement et seulement, après les autres dans la mesure du possible. N’empêche sa visite secoue le landerneau des hommes politiques, qui oublient que le jeune Macron ne vient que pour consolider les intérêts de la France.
Car le vieux Pds, dirigé par le dinosaure Wade, entend la saboter par le port de brassards et tenues rouges. Ce qui n’agrée pas son responsable à Saint-Louis, Ameth Fall Baraya, qui a hurlé : « Je vais accueillir Macron et j’assume ». Un militant de moins pour le parti de Me Wade. Car celui qu’il entend suspendre fera de cette sanction un prétexte, pour transhumer dans le parti de Macky Sall, qui a remis à la France le Sénégal, pieds et poings liés.
La tension sera inévitable dans l’ancienne capitale de l’ex Afrique occidentale française, où se rendra le petit Macron, parce que les deux responsables du parti de Macky Sall, que son le ministre Mary Teuw Niane et son collègue Mansour Faye par ailleurs maire de Saint-Louis sont à couteaux tirés eux aussi au sujet de cette visite.
Si le beau-frère de Macky, Mansour, a menacé de déchirer toute autre effigie durant cette visite que celles de Macky et Macron, Mary Teuw entend le faire et invite ses partisans à arborer ses T-shirts. Un tiraillement de faibles d’esprits qui vivent comme à l’air des « Y a bon banania ».
Le Sénégal continue de s’embourber avec le Poids de la France et de sa langue, loin derrière le petit Rwanda totalement enclavé au centre de l’Afrique. Sorti d’un génocide ce pays a su émerger en lâchant la France, sa langue et sa politique ; pour devenir anglophone, dans l’esprit, la langue et la politique.
Une rupture à méditer par le Sénégal, avec ses milliers de kilomètres de plage, ses 365 jours de Soleil, ses millions de kilomètres de terres arables, ses trois fleuves, son fer, son marbre, son or, son zircon et maintenant son pétrole et son gaz infini.
C’est cela uniquement qui intéresse la France, mais non le sort des jeunes africains en âge d’aller à l’école. La levée de fonds pour l’Education n’est qu’un prétexte pour la France, qui a fini de fermer ses frontières à notre peuple.