Trop de viande ne gâte pas la sauce. Je vais moi aussi dire que je suis contre le franc CFA. Voilà ! Même si actuellement j’aspire à avoir plein de francs CFA dans mon compte, je rêve que ces francs se transforment en une monnaie de nation indépendante. Par B24


Bon si j’ai dit qu’il faut rester dans la zone franc, c’est provocation hein. Parce que si on abandonne le franc CFA, que vont devenir les Français, nos ancêtres les Gaulois ? Le site de fabrication du franc CFA basé en France va fermer, on va créer des chômeurs pour Macron. Les Français affectés dans chaque agence de nos banques centrales vont faire quoi ? Ceux gracieusement payés qui sont à Dakar, ils vont devoir rentrer chez eux. Ça c’est dur. Ils ne savent même plus allumer une gazinière tellement habitués à la facilité que leur offre l’Afrique.
Donc sortir du franc CFA est un acte gravement dangereux pour les intérêts français et comme nous sommes faits pour servir la France, nous devons faire un grand sacrifice pour encore nous courber et laisser faire le grand maître blanc.
Le franc CFA c’est exactement comme le slogan de la LONAB : le CFA pour nous et les intérêts pour la France.
Pour parler sérieux, soyons indépendants
Mon grand père m’avait dit que si tu vois un « Blanc qui est gentil avec toi c’est qu’il guette ton quelque chose ». L’éminent économiste qui a écrit sur lefaso.net s’est cru obligé de venir à notre secours la semaine dernière. Il nous a mis en garde contre un abandon du franc CFA. Selon lui, si on quitte le CFA, le ciel s’abattra sur nous et nous serons pauvres comme des Congolais ou encore des Guinéens. Bon des économistes comme ça à deux balles, merci ! Moi je dis laisse-nous mourir.
Le Franc CFA était la monnaie des colonies créées par la France. Aujourd’hui nous sommes indépendants. L’indépendance suppose de maîtriser notre pouvoir politique, économique et monétaire.
La zone franc comme le disait quelqu’un c’est comme si tous les hommes d’un village se sont mis d’accord pour confier la garde de leur femme à un seul mec, en disant : « oh avec lui c’est tellement la sécurité, on ne craint pas que quelqu’un nous les pique et puis nous dormons tranquille ».
Des pays indépendants, qui continuent à faire imprimer leurs billets par un autre pays, des pays indépendants qui déposent leurs frics dans la banque d’un autre pays, des pays qui n’ont aucune autorité sur leur propre argent, c’est honteux !
A quoi sert un franc fort, un franc stable si nous restons pauvres ? Ouvrez les yeux et regardez bien parmi les pays les plus pauvres du monde. Il y a au moins dans les 50 derniers 10 pays de la zone franc, Centrafrique, Niger, Togo, Burkina Faso, Mali. Même la Côte d’Ivoire riche en café et en cacao n’est pas mieux que le Ghana qui n’est pas dans la zone franc. Le Ghana avec son cedi s’en sort mieux que nous. Qu’on arrête de nous agiter l’épouvantail de la stabilité de notre monnaie. Et puis le terme « franc » nous renvoie systématique à la France.
On a beau changer la définition des sigles, les conséquences restent les mêmes. Avant était le franc des colonies françaises d’Afrique (CFA). Aujourd’hui le terme colonie fait honte donc c’est franc de la communauté financière en Afrique (CFA) ou encore franc de la coopération financière en Afrique (CFA). Mais c’est du pareil au même. Nous sommes toujours obligés de déposer 50% de nos revenus d’exportation au trésor français. Cela produit des intérêts pour la France. C’est exactement la même chose que faisaient les esclavagistes : quand ils arrivaient, hop un miroir et hop ils avaient un homme bien musclé. Aqui la faute ? A nous bien sûr.
Nos devanciers ont tenté l’abandon du franc CFA
Les dirigeants qui ont osé dénoncer ce nouveau visage de l’esclavage ont été assassins. Sékou Touré a fait imprimer le franc guinéen en 1960. Aujourd’hui la Guinée n’est pas pire que le Niger ou le Burkina Faso. Le seul problème pour moi c’est que la monnaie guinéenne s’appelle franc.
Le premier président élu du Togo, avait décidé une sortie de la zone franc pour créer une monnaie locale. Il fut assassiné par un ex-légionnaire français, le sergent Etienne Gnassingbé.
Modibo Keita du Mali a estimé que le système monétaire mis en place par la France, était un frein pour le développement. Il créa le franc malien, mais miraculeusement il sera victime d’un coup d’état, mené par un autre ex-légionnaire français, le lieutenant Moussa Traoré, qui ramena le Mali dans la zone franc. Mouammar Kadhafi rêvait de doter l’Afrique d’une monnaie. On connait la suite.
Kémi Seba a déchiré le franc CFA à Dakar. On l’a mis au gnouf.
Bon faudrait pas qu’on me traque aussi hein !
Moi je dis dèh, nous Africains avons été fabriqués pour servir le Blanc. Donc restons dans le franc CFA. Partout c’est comme ça. Nous avons brûlé nos dieux pour leurs dieux. Nous nous prosternons chaque jour et nuit devant les ancêtres des Blancs dans les églises. Quant à nos propres ancêtres, ils nous ont convaincus que c’était des pratiques sataniques. Y a quelle différence entre les statuettes des cases dagara et les statuettes dans les églises : toutes représentent des ancêtres. Voilà pourquoi les saints Joseph, Pierre, Paul et autres commanderont toujours les Nawinkoum, Diban, Titiama, Barkwendé et autres.
La France n’a que des intérêts, lâchons-la !
Le Rwanda n’a pas disparu de la carte. Ceux qui sont allés dans ce pays disent que ce pays est mieux que nous malgré des décennies de génocide. Le Rwanda a lâché la France, souvenez-vous.
Homme noir, réveille-toi. Tu as été le premier sur cette terre ! Nul n’est censé te dominer. Les pays africains ne seront jamais indépendants sans une souveraineté monétaire et le franc CFA reste la dernière monnaie coloniale encore utilisée dans le monde.