Il y a une pseudo élite qui veut entrainer les masses congolaises: avec de discours dangereux, démobilisateur et négatif, sans perspective aucune. Par Roger Munyampenda


 




Le but unique de cette tribune étant de faire chanter le Rwanda et ternir son image. Incapable de lucidité et d’autonomie, cette ligne Fayulu est vouée à la disparition.Et plus rapide viendra sa disparition ou marginalisation, mieux la RDC se portera.

« La haine de l’envieux est incurable »
- Proverbe Oriental

 

Pensez vous que l’agité de Fayulu sera concerné par ce processus de pacification durable avec défaite des ADF; lui qui espérait l’échec des stratégies de Tshisekedi?

Que nenni! Il travaille dans le sens contraire pour enfin récupérer son imperium!

Il avait inquiété Joseph Kabila qui avait flairé un danger imminent, surpris comme tout le monde du choix porté par les leaders Lamuka sur sa personne à Genève.

Et qui ont même entériné son programme fleuve de 300 points pêlemêles dont on ne voit pas les axes principales, les directions stratégiques et cohérence interne.

Ceux qui l’ont suivi depuis la CNS parmi les fondateurs avec Lengema et Lutundula du Fond de Démocratie et Développement FDD alors enregistré sous la société civile, le connaissent mieux et peuvent témoigner.

Les deux derniers furent récupérés par Kengo qui ira jusqu’au bout avec la 3e voix entre Mobutu et Tshisekedi. Et les raisons de leur obédience sont connues!

Fayulu se rapprochera des thèses radicales de l’Union Sacrée de l’Opposition USOR avec les Olengankoy et Mubake; dont les exploits étaient réduits aux journées villes mortes connues pour être manipulées par les service de sécurité ANR de Ngwanda.

Ce Mubake qui soutient mordicus Fayulu symbolise bien la duplicité et passerelles troubles des politiciens Congolo-Zaïrois.

 

On le vit surgir aux premières négociations AFDL-Kabila/Zaïre-Mobutu à Pretoria sous Thabo Mbeki vers fin mars 1997, comme membre de la délégation Ngbanda-Kamanda et représentant l’opposition politique, annulant d’un trait le peu de crédit!

Ces rapports troubles occasionnèrent des frictions dans l’entourage de Tshisekedi Etienne et justifieront toutes les suspicions des proches de l’actuel Chef de l’ Etat.

Selon les sources proches du cercle restreint des décideurs UDPS, c’est bien le duo Mubake et Fayulu qui convaincront Etienne Tshisekedi d’être premier ministre de Mobutu dont le régime s’écroulait visiblement et à quatre semaines de sa fuite!

Jouant ainsi aux intermédiaires dans la manœuvre désespérée ultime de Ngbanda!

Ce qui rendra les futures relations AFDL-UDPS très acrimonieuses; LD Kabila jurant d’ignorer Etienne Tshisekedi qu’il reléguera plusieurs fois au village par la suite;

Même si plus tard il en imputera astucieusement l’échec sur Bugera et le Rwanda!

D’ailleurs bien plus tard, Etienne Tshisekedi n’hésitera pas de former avec RCD le groupement ASD avec Katebe Katoto frère de Katumbi sans associer Mubake qui sera réduit au rôle secondaire après et envoyé à Kigali pour ses origines du Kivu.

Rappelez vous bien: cet accord fut saboté illico et mort né sans que l’on sache quoi!

Ça lui donnera d’ailleurs des idées car il reviendra à plusieurs reprises, accompagné par des toubabs du genre de barbouzes,  plaider le soutien pour « son » mouvement armée mais les Afande-Officiers rwandais refusèrent par principe et suspicion!

Il n’est pas le seul d’ailleurs et on peut en citer une bonne dizaines passés par ici!

Fayulu et Mubake collent bien à cette étiquette d’activiste-anarchiste de la ligne idéologique et opérationnelle Ngbanda.

Ce qui explique la présence de Fayulu au colloque anti Tutsi de Paris et qui reprendra mot à mot le discours amer de Ngbanda, par ordre et conviction.

On comprendra d’ailleurs la colère de tous les réseaux de combattants y compris contre le chanteur Ipupa accusé d’avoir des relations amicales avec Janet Kabila?? (Comba-ntaba dira Fasthi!) et comment il fut terrorisé pour venir jouer à Kigali !

La radicalisation est exacerbée depuis que la légitimité interne et externe de Fatshi se consolide par une coopération régionale active: positivement engagée, politiquement significative et radicalement audacieuse!

 

« Il est des gens que le désespoir seul préserve
de paraitre sots, précisément parce qu’il en
fait des fous. » – Hyancythe de Charencey

 

Les déclarations « corrigées » de Muzito invoquant le panafricanisme agressif pour justifier une agression-annexion du Rwanda étaient destinées à corriger le langage mais pas l’intentionnalité annoncée!

Elles montrent bien que l’équipe de Fayulu manque de vision et joue plutôt au mercenaire pour des forces externes bien identifiables.

Elles sont toutes cohérentes avec les points 210-15 de son programme sur l’intégration régionale où il prône la suppression des quatre organisations  régionales pour en faire une grande nouvelle sans dire comment et ni pourquoi!

Un logique plus encline à détruire que de construire pour ces organisations régionales compliquées à mettre en œuvre. qui prennent du temps et des énergies.

Sa vision des relations avec les pays voisins est révélatrice d’une lunette étroite de l’intégration africaine; il n’accepte même pas le pont route-rail Kinshasa Brazza!

Même son intention de ramener la double nationalité exclut ceux des pays limitrophes (point 296); ce qui dénote d’une vision schizophrénique (cognitive dissonance!) de ces relations pourtant inévitables aujourd’hui!

Pas besoin de doctorat pour comprendre cette logique d’exclusion: sa proposition de double nationalité viendrait récompenser les combattants (activistes Apareco de France) tout en barrant ceux qui seraient perçus liés aux voisins de l’Est et du Sud.

Loin de s’avouer vaincu, voilà que notre homme enfourche une nouvelle monture et l’épée de Don Quichotte contre les Rwanda et les Tutsi, tous accusés et simplement  coupables d’avoir accepté ou de soutenir la présidence de Tshisekedi.

Rien d’étonnant dès lors de le voir dans une nébuleuse négationniste ayant des connexion dans les milieux revanchards en France, chez ces mêmes gens qui ont un os à ronger contre le régime de Kagame et le FPR.

Ce n’est pas un hasard que Mukwege fut remplacé d’ailleurs par Fayulu en un quart de  tour; le premier s’étant excusé en dernière minute,  craignant sans doute l’effet boomerang qui déteindrait sur son Nobel.

Lui aussi avait été pressenti comme un possible recours si les élections congolaises avaient débouchées sur le chaos!

Il a un discours similaire juste mieux habillé derrière la demande constante d’un tribunal spécial en RDC du genre UN contre les envahisseurs qui auraient accédé au pouvoir en RDC et dont certains auraient tués ses “patients” à Uvira à une époque!

Lisez ses discours et écoutez attentivement ses inflexions: son coupable désigné semble être le même que celui de Fayulu!

D’ailleurs la connexion est déjà établie et les synergies ne se cachent même plus.

Mukwege martèlera le même discours pour son doctorat Honoris Causa à l’Université protestante de Kinshasa  et terminera sa soirée au diner organisée par Mme Fayulu, camerounaise comme Onana à la manœuvre au Senat le même jour!

Fayulu croit toujours à son aura ou chance; cette tribune a accru cette conviction!

En tout état de cause et plus fondamentalement: la RDC a de la chance car, avec lui au sommet de l’état, agité et sans lucidité aucune, l’implosion n’aurait pas tardé!

Si le Rwanda et ou les Tutsi voulaient de la balkanisation de la RDC, ils auraient opté pour ce guignol avec résultat garanti!

Voilà dans quoi cette pseudo élite veut entrainer les masses congolaises: avec ce genre de discours dangereux, démobilisateur et négatif, sans perspective aucune.

Certes il ne fait plus recette et Fayulu se trompe encore une fois comme quand il s’imaginait une réaction violente de la rue au serment de Fatshi? Rien n’est arrivé!

Mais comment peut on confier sa confiance à des gens qui portent le combat des groupes marginaux dont ces négationnistes, occupés principalement à se prémunir contre des procès imminents pour leur participation dans le génocide des Tutsi?

Fayulu et consorts ont dévoilé leur jeu et ligne d’action, réseaux et commanditaires!

Juste un rôle d’activiste pour vociférer un discours que les Amnesty ou HRW va amplifier généralement sur commande via par les media genre RFI ou BBC Gahuza!

Sans aucun bénéfice pour les Congolais ni pour eux mêmes en définitive.

Le but unique de cette tribune étant de faire chanter le Rwanda et ternir son image

Incapable de lucidité et d’autonomie, cette ligne Fayulu est vouée à la disparition.Et plus rapide viendra sa disparition ou marginalisation, mieux la RDC se portera.

La virulence des attaques est fonction ou indicative de la réussite du pari de Fatshi.

Il ne peut ébranler à la fois Fatshi et Kabila, Kagame et Lourenco, Sassou et Museveni. Ni porter son combat arrière et en perdition au delà de son village natal.

Un activiste « sélectif » qui ne sait pas défendre Yumbi qui lui est pourtant proche, victime de razzia en novembre 2018 dont 600 morts et 20.000 déplacés dont 3/4 à Brazza; tous victimes des manœuvres abjectes électorales qu’il n’a osé dénoncer!

Même ses anciens copains l’ont quitté: Katumbi s’est séparé de lui élégamment.

Même si lui et Bemba restent encore silencieux sur ce genre de déclaration?

Pourquoi d’ailleurs les Katumbi et Bemba ont-ils pu soutenir Fayulu restera bien un mystère? Manque de profondeur stratégique ou peur d’assumer le leadership alors?

Mais au fait, ils sont conseillés par des gens comme Bola qui n’hésite pas d’écrire que classe politique congolaise est devenue médiocre depuis fin 1996 à la prise de Bukavu par l’AFDL (sic!); oubliant ce poste de conseiller juridique du Ministre des PTT qui lui a permis une certaine visibilité en servant LD Kabila jusqu’à la délation?

N’a-t-il pas jouer au procureur le 4 Aout 1998 accusant d’infiltration aux PTT son propre collègue technique qui avait initié des reformes y compris l’introduction du GSM dont il se targuera bien plus tard après l’avoir envoyé à une mort certaine.

Que penser de Wondo qui concentre ses analyses stratégiques et sécuritaires dans un angle étroit des relations avec le Rwanda, érigé en épouvantail, bien assumé par ses dirigeants réalistes, et dans une hystérie que nombreux commencent à ignorer?


« Les passions détruisent plus de préjugés
que la philosophie ».- Denis Diderot

 

Mais les Congolais ne doivent toujours pas compter sur la chance, la Monusco, les Yankees, Belges ou autres voisins qui viennent naturellement avec leurs priorités!

Il faut plus que cela: des femmes et d’hommes courageux et passionnés pour briser le cercle vicieux du désespoir menant au rafistolage, du fatalisme menant à la passivité et cette haine maladive menant vers l’arriération et stagnation!

Et aller loin dans la construction politique de l’unité nationale avec toutes les tribus sans exclusive, par un exercice pédagogique fort, osé et salutaire.

Et arrêter la banalisation des pogroms contre des Pygmées, Hema ou Anyele de la même veine, rappelant bien d’autres massacres dénoncés à la conférence Nationale dont les Baluba au Katanga; Voyez le discours de Muana-Nsemi ou Gédéon Kyungu.

Le changement radical des mentalités impose l’élimination des idées parasites et anthropophages, démobilisatrices et obscurantistes, véhiculées par la ligne Fayulu.

Les FARDC et les organisation de la société civile congolaise laisée devraient entamer des poursuites pénales contre les auteurs pour discours haineux démoralisateur pour les troupes par une subversion pernicieuse!

Il ne faut pas se tromper: la RDC est bien entrée dans une transition sociopolitique et que les choses bougent dans tous les sens, les chocs se préparent, inévitables!

Et on sent la résistance farouche des forces conservatrices, corruptibles et faibles mais jouissant du statusquo d’une logique communautaire contre les compétences; celle qui plombe toute innovation politique en dehors des représentations tribales.

Laquelle débouche inexorablement sur les marchandages politiques et surenchères politiciennes dont les appels à l’exclusion et discrimination des concurrents faibles.

Félix Tshisekedi a résisté aux chants de sirènes tribalistes et revanchardes et a fixé le cap vers la modernisation d’un pays qui regorge de potentiels et de talents;

Il misé sur l’unité par le changement de mentalités et superstructures qui façonnent les institutions congolaises et leur modus operandi “démocratique”.

Aura-t-il temps, les moyens de cette politique et l’adhésion d’une masse critique?

Saura-t-il structurer une nouvelle pensée qui mobiliserait davantage le Congolais, autant sur le plan idéologique et technologique, aussi bien moral que spirituel?


Le Congolais attend, sceptique et anxieux mais plein d’un espoir naïf et contagieux!

 

La bonne nouvelle c’est que le Rwanda comme toute la région dont l’Angola y voit l’opportunité d’une paix durable et la promesse d’une prospérité croissante bénéfique pour les peuples respectifs. L’engagement y est sans équivoque et entier!

Les épreuves horribles passées ont renforcé la résilience contre ces extrémismes qui mutent visiblement vers le softpower après l’échec de la voie armée;

En tout état de cause, la cohérence et persistance des actions du règne du Président Tshisekedi, visiblement en confiance, seront déterminantes pour la suite!

Dont le retour aux fondamentaux de l’économie tout en minimisant ces distractions!

C’est un devoir et une nécessité d’écraser cette ligne obscurantiste portée par les Fayulu et consorts avant qu’ils en abusent.

La machine UDPS et la coalition CACH en sont-elles capables? Attendons voir!