L'ambassadeur Olivier Nduhungirehe, ministre d'État aux affaires de la CAE, a fait vendredi des demandes claires du Rwanda à l'Ouganda pour que les relations entre les deux pays se normalisent. La Rédaction

 

 





Amb Olivier Nduhungirehe, ministre d'État aux affaires de la CAE, s'exprime lors de la troisième réunion de la commission ad hoc sur la mise en œuvre du protocole d'accord de Luanda entre l'Ouganda et le Rwanda.

Parmi ces demandes, le Rwanda a demandé à Kampala de libérer sans condition ses ressortissants illégalement détenus en Ouganda, de tenir pour responsables les facilitateurs des groupes anti-Rwanda opérant en Ouganda en s'abstenant de toute action destinée à déstabiliser le Rwanda.

« Je tiens à souligner une fois de plus notre responsabilité en tant que dirigeants dans nos pays respectifs, je souligne également l'importance de bâtir la confiance entre nous et la nécessité de trouver une solution aux différents défis auxquels nous sommes confrontés », a déclaré Nduhungirehe dans son discours d'ouverture, vendredi lors de la rencontre entre des responsables rwandais et ougandais.

« Nous avons suivi les commentaires de wanainchi (citoyens) des deux pays, qui expriment de plus en plus de fatigue face à ces blessures auto-infligées dans la Communauté de l'Afrique de l'Est. Ils réclament simplement la sécurité à la frontière commune, la fin des activités déstabilisatrices des forces armées et les groupes terroristes et la libre circulation des personnes, des biens et des services dans la paix et la sécurité. "

Par conséquent, a noté le Secrétaire d’Etat, les deux pays ne peuvent plus se permettre de perdre du temps et doivent agir de manière décisive, responsable, de bonne foi et mettre fin à cette crise.

Le Rwanda espère, a-t-il ajouté, que la Commission ad hoc sera orientée vers des solutions, pour traiter les problèmes spécifiques que les chefs d'État rwandais et ougandais ont mis en évidence dans le communiqué de Luanda afin de rendre compte d'un résultat positif au prochain sommet quadripartite de Gatuna. .

Les dirigeants rwandais et ougandais devraient se rencontrer au poste frontière de Gatuna-Katuna le 22 février.

Depuis la dernière réunion de la Commission ad hoc en décembre 2019, le ministre a déclaré: « Nous avons constaté des progrès ».

Le 29 décembre, le président Paul Kagame a reçu un message spécial de son homologue ougandais, le président Yoweri Museveni, délivré par son envoyé spécial, Amb Adonia Ayebare.

À la suite de cette visite, l'Ouganda a libéré et expulsé, le 7 janvier, neuf Rwandais qui étaient détenus illégalement depuis plus de deux ans.

Malgré ce qui précède, a noté Nduhungirehe, il est regrettable que l’appui de l’Ouganda aux groupes armés et aux individus anti-Kigali se poursuive sans relâche.

L'organisation terroriste RNC, travaillant sous le couvert de l'ONG Self Worth Initiative, continue de mener des activités de mobilisation, sous la direction d'un officier supérieur de la Chieftaincy of Military Intelligence (CMI) de l'Ouganda, notamment son chef adjoint du CMI et le directeur de l'unité conjointe anti-terrorisme, Col CK Asiimwe.

Après la réunion de la commission ad hoc tenue le 13 décembre 2019 à Munyonyo, a-t-il déclaré, les résultats ont été rapportés textuellement par Sula Nuwamanya et Prossy Bonabana (qui dirigent l'ONG Self Worth Initiative) sur les réseaux sociaux, signe d'une étroite collaboration entre RNC et la Gouvernement de l'Ouganda.

En outre, a-t-il précisé, Charlotte Mukankusi, commissaire en charge de la diplomatie au sein de l'organisation terroriste RNC, s'est de nouveau rendue en Ouganda en janvier 2020, en mission RNC, pour rencontrer de hauts responsables du gouvernement ougandais.

Il a également été noté que RNC Ouganda Province, dirigée par le pasteur Deo Nyirigira et le Dr Sam Ruvuma, a poursuivi ses activités, notamment le recrutement, la restructuration, la mobilisation, la collecte de fonds, la formation de nouvelles cellules et comités dans diverses parties de l'Ouganda, en particulier dans les camps de réfugiés de Kyangwari et Nakivale, ainsi que Mityana.

Le Capt Nshimiye alias «Gavana», qui a coordonné l'attaque terroriste Kinigi dans la nuit du 3 au 4 octobre 2019, est toujours sous la protection des organes de sécurité de l'Ouganda et est géré par le ministre d'État Philemon Mateke, a déclaré Nduhungirehe.

« Il fréquente librement le camp de réfugiés de Kyangwari où se trouvent certains de leurs combattants et personnes à charge. Nshimiye se rend régulièrement à Kisoro pour rendre visite à sa femme et rencontrer le ministre Mateke pour des briefings,

« Dans la même veine, Nzabonimana Fidèle, Kabayiza Seleman et Mugwaneza Eric, des agents de RUD Urunana qui ont participé à l'attaque de Kinigi et ont signalé aux autorités ougandaises le 12 octobre 2019, sont toujours protégés par les organes de sécurité ougandais contre la justice au Rwanda. »

Nduhungirehe a également noté que, dans la poursuite de la mobilisation des groupes armés anti-Rwanda, CMI a facilité, le 2 février (le jour même du Sommet quadripartite de Luanda) une réunion de deux jours entre les membres des organisations terroristes RNC et RUD-Urunana, qui s'est tenue à Mbarara, une ville de l'ouest de l'Ouganda.

Il a déclaré, entre autres, que le capitaine Nshimiye alias «Gavana», le colonel Rugema Emmanuel, le col Sam, tous représentant RUD-Urunana, tandis que le déserteur Lt Frank Mushaija, le major Ntare, le capitaine Frank Mugisha alias «Dimanche », Jean Marie Vianney Turabumukiza et le Maj Robert Higiro représentaient RNC.

Nduhungirehe a déclaré: "Le CMI a envoyé des véhicules qui ont emmené le col Rugema et sa délégation de Kisoro à Mbarara pour la réunion. Le but de cette réunion était de forger des plans pour démarrer une nouvelle rébellion RUD-RNC et intensifier les activités de mobilisation."

Nduhungirehe a déclaré qu'il y avait encore un certain nombre de ressortissants rwandais détenus dans divers centres de détention illégaux en Ouganda. « Plusieurs notes verbales ont été adressées au gouvernement ougandais, avec des détails sur les détenus et les demandes d'accès consulaire. Cependant, toutes ces demandes n'ont jamais été honorées. »

« Dans le même temps, des citoyens rwandais meurent à cause des tortures subies par des agents de la Chieftaincy of Military Intelligence (CMI) en Ouganda. Un triste exemple récent est celui d'Emmanuel Mageza, 50 ans, qui a été torturé pendant plus d'un an. dans la caserne CMI, est décédé récemment L'hôpital psychiatrique de Butabika et enterré à la hâte en Ouganda. Sa famille exige justice et rapatriement de son corps pour un enterrement décent. »

D'autre part, a-t-il dit, il y a actuellement neuf citoyens ougandais purgeant une peine pour divers crimes au Rwanda, et qui ont tous obtenu un accès consulaire et sont mentionnés dans une liste « nous serons heureux de vous fournir ».

Dans l'esprit de Luanda, a-t-il ajouté, le Rwanda a mis fin aux poursuites contre 15 citoyens ougandais, qui ont été libérés.

Le Rwanda demande que des mesures soient prises

Par conséquent, a souligné Nduhungirehe, le Rwanda « exige que le gouvernement ougandais prenne les mesures suivantes ».

Premièrement, Kigali demande à Kampala de dissoudre le Congrès national du Rwanda et les réseaux RUD-Urunana en Ouganda, et d'arrêter et d'extrader tous ses membres afin qu'ils puissent faire face à la justice au Rwanda.

Deuxièmement, Kampala devrait s'abstenir de toute action destinée à déstabiliser le Rwanda et à éliminer tous les facteurs susceptibles de créer une telle perception.

Troisièmement, Kampala retire le passeport ougandais n ° A000199979 délivré par le gouvernement ougandais à Charlotte Mukankusi, commissaire en charge de la diplomatie au sein de l'organisation terroriste RNC.

Quatrièmement, tenir les facilitateurs responsables des réseaux RNC et RUD-Urunana, y compris le ministre d'État Philemon Mateke, le brigadier-général Abel Kandiho, le brigadier-général Fred Karara, le col CK Asiimwe, le maj Fred Mushambo, le col Kaka Bagyenda et d'autres représentants du gouvernement impliqués dans le même Activités.

La cinquième demande est le rapatriement du corps d'Emmanuel Mage pour un enterrement décent au Rwanda et pour fournir des explications sur les circonstances de sa mort.

« Nous demandons également des éclaircissements sur deux autres citoyens rwandais, à savoir Sendegeya Théogène et Rwembo Mucyo, qui auraient été transférés du CMI à l'hôpital de Butabika et auraient ensuite disparu.»

« Sixièmement, permettre à Julienne Kayirere de retrouver son enfant Joana Imanirakiza, qui a été enlevée en Ouganda après avoir séparé Kayirere de son bébé d'un mois, lorsqu'elle a été arrêtée le 29 novembre 2018 dans le district de Mubende. »

« Septièèe, libérer inconditionnellement tous les citoyens rwandais détenus illégalement en Ouganda. »

Nduhungirehe a conclu ses remarques en insistant, entre autres, sur le fait que sommet sur sommet et réunion sur réunion sans aucune solution en vue ne peut être une option. « Et ce fut malheureusement le cas pour les réunions que nous avons tenues au cours des trois dernières années, bilatéralement ou dans le cadre de ce processus de Luanda. Pourtant, la solution est entre nos mains, à condition que nous soyons vraiment déterminés à mettre fin à cette crise avec une volonté politique et de bonne foi. .. »

Cependant, comme cela a toujours été le cas lors de réunions précédentes, Sam Kutesa, ministre ougandais des Affaires étrangères, a nié toutes les accusations, se référant en particulier aux accusations de Kigali comme « des allégations non fondées de déstabilisation ».