Le Rwanda a marqué des points élevés dans ses efforts pour éradiquer la corruption selon l'indice mondial de perception de la corruption publié par Transparency International.

 





Selon les résultats, le Rwanda s’est bien comportés dans la région de l'Afrique de l'Est. Il a gagné 53 points, suivi de la Tanzanie avec 37 et le Kenya et l'Ouganda ont marqué 28 points tandis que le Burundi avec 19 points et le Soudan du Sud avec 12 points.

Le rapport indique que le Kenya traîne dans la lutte contre la corruption, obtenant 28 sur 100, un score inférieur au score moyen mondial de 43 et au score moyen subsaharien de 32.

Le Kenya figure également en 137e position sur 180 pays et territoires évalués.

Le pays n'a pas non plus réglementé les fonds utilisés dans les campagnes malgré la promulgation de la loi sur le financement des campagnes électorales en 2013.

Cela a fait des élections au Kenya parmi les plus chères d'Afrique.

Depuis 2012, le Kenya a marqué entre 25 et 28, sur 100, ayant enregistré un score de 27 en 2018, illustrant la lenteur des progrès dans la lutte contre la corruption.

Les Seychelles et le Botswana ont dominé en Afrique subsaharienne avec respectivement 66 et 61 points.

L'Éthiopie a obtenu 37 points, la Zambie 34, le Nigéria 26, le Zimbabwe 24 et la République démocratique du Congo 18.

L'IPC mesure les niveaux perçus de corruption dans le secteur public dans les pays et territoires du monde entier, en s'appuyant sur 13 évaluations d'experts et enquêtes auprès de dirigeants d'entreprise.

Dans l'ensemble, le Danemark et la Nouvelle-Zélande ont été classés comme les moins corrompus au monde avec un score de 87%. La Somalie, le Soudan du Sud et la Syrie étaient les plus corrompus avec des scores de 9%, 12% et 13% respectivement.

L'enquête a mis en évidence la relation entre la politique, l'argent et la corruption. L'IPC mesure les niveaux perçus de corruption dans le secteur public dans les pays et territoires du monde entier, en s'appuyant sur 13 expertises et enquêtes auprès de dirigeants d'entreprise. Il utilise une échelle de zéro (très corrompu) à 100 (très propre).

Résultats sur l'indice de perception de la corruption en 2019: le Sénégal reste dans la zone rouge. Selon le rapport, le Sénégal ayant stagné dans la zone rouge, avec un score de 45 points sur 100 l’année passée, reste dans la même position.

«Le Sénégal a cessé de progresser dans la partition de son. Il conserve son score de 45 sur 100 et reste dans la zone rouge à l'instar de tous les pays de l'UEMOA et de ceux de la CEDEAO sauf le Cap-Vert qui a obtenu une note de 58/100 donc, 1er de la zone économique de la CEDEAO », a révélé le Coordonnateur du Forum Civil Birahime Seck.

Seul le CAP VERT reste le bon élève de la zone CEDEAO maintenant en place à l'extérieur de la zone rouge avec une note de 58/100 contre 57/100 dans L'IPC publié en 2018. Le CAP VERT a ainsi progressé d'un pas et conforte son leadership

Dans la zone UEMOA, tous les pays sont dans la zone rouge. C’est à dire qu’aucun pays n’a obtenu la note de 50/100.

En Afrique subsaharienne, les Seychelles sont leaders avec une note de 66/100, suivis du Botswana 61/100, du Cap Vert 58/100, du Rwanda 53/100, de l'Ile Maurice 52/100 et de la Namibie 52.

Le cas du Rwanda illustre parfaitement que la lutte contre la corruption doit être quotidienne et rigoureuse. Ce pays a perdu 3 points par rapport à L’IPC 2018.

Le nouveau rapport sur l'indice de perception de la corruption pour 2019 qui a été publié récemment indique que le Rwanda et la Tanzanie obtiennent de meilleurs résultats en matière de lutte contre la corruption dans la région de l'Afrique de l'Est.

Le rapport produit par Transparency International classe le Rwanda au 51e rang tandis que la Tanzanie à 96e.

S'exprimant lors du lancement du rapport qui évaluait 180 pays à travers le monde, Peter Wandera, directeur exécutif de Transparency International Ouganda, a attribué la bonne performance du Rwanda sur sa forte volonté politique à la lutte contre la corruption.

«Le Rwanda est bon dans l'application des règles et règlements liés à la lutte contre la corruption. Ce n'est pas le cas dans d'autres pays de la région, c'est pourquoi le niveau de corruption diminue », a-t-il expliqué.

Il a dit que le Rwanda a des institutions fortes qui sont fortement soutenues en matière de lutte contre la corruption.

Wandera a averti les autres pays de la EAC de suivre l’exemple du Rwanda si la corruption devait être éradiquée de la région.

Le rapport sur l'indice de perception de la corruption 2019 était axé sur la corruption et l'intégrité politique.

L'analyse du rapport montre que les pays qui obtiennent de bons résultats sur l'indice de perception de la corruption ont une forte application de la réglementation sur le financement des campagnes et un éventail plus large de consultations politiques.

Dans le rapport, les pays où les réglementations sur le financement des campagnes sont complètes et systématiquement appliquées ont un score moyen de 70 sur l'IPC tandis que les pays où ces réglementations n'existent pas ou sont mal appliquées ont obtenu une moyenne de seulement 35 et 35 respectivement.

"L'indice de perception de la corruption montre que la corruption est plus répandue dans les pays où les gros capitaux peuvent couler librement dans la campagne électorale et où les gouvernements n'écoutent que les voix d'individus riches ou bien connectés", lit-on dans le rapport.

Pour éviter la corruption et restaurer la confiance dans la politique, le rapport recommande que le gouvernement prenne des mécanismes solides pour empêcher les opportunités de corruption politique et pour promouvoir l'intégrité des systèmes politiques.

Pour que ces recommandations soient mises en œuvre, Cissy Kagaba, directrice exécutive de la Coalition anti-corruption Ouganda, a conseillé aux pays africains, en particulier à ceux de l'Afrique de l'Est, d'élaborer des réglementations strictes régissant le financement des campagnes politiques.

"Nous n'avons pas de loi qui réglemente combien les partis politiques devraient dépenser dans leurs campagnes.

"C'est pourquoi nous voyons beaucoup de ressources gouvernementales dépensées pour financer des campagnes pour le parti au pouvoir", a-t-elle déclaré.

Pour aller de l'avant, John Marry Odoi, le président du conseil d'administration, Transparency International Ouganda, a déclaré que le gouvernement devait responsabiliser les citoyens et protéger les activités des médias et des lanceurs d'alerte, car ils jouent un rôle important dans la lutte contre la corruption.

Il a fait valoir que le gouvernement devrait mettre en place un mécanisme solide pour contrôler le financement politique afin d'empêcher un excès d'argent et d'influence dans la politique

Les pays les plus performants en matière de lutte contre la corruption en 2019 sont la Nouvelle-Zélande, le Danemark, la Finlande, Singapour et la Suède, tandis que les pays les moins performants ont été la Somalie, le Soudan du Sud et la Syrie.