La Parlement ougandais donne au ministre Sam Kutesa, un ultimatum d'une semaine pour lui donner un rapport sur la situation des relations entre l’Ouganda et le Rwanda. Par RP

 





Suite aux échos sur différents insidents qui se passent à la frontière entre l’Ouganda et le Rwanda, les membres du Parlement ougandais fulminent pour connaître l’évolution d’état des relations entre le Rwanda et l’Ouganda. Les députés s'inquiètent des conflits sans fin entre ces deux pays.

La députée de Dokolo,  Cecilia Ogwal se plaint de manque d’information sur la situation car le gouvernement ne la donne pas. Elle a demandé de convoquer le ministre des Affaires étrangères, Sam Kutesa devant la Chambre, car il y a longtemps qu’il ne s'est pas présenté au Parlement depuis longtemps pour s'adresser à la Chambre sur les questions du Rwanda et de l'Ouganda.

«Je n'ai pas vu de ministre des Affaires étrangères depuis longtemps ici. Ne peut-il pas être rappelé à l’ordre pour venir expliquer les relations entre l’Ouganda et le Rwanda; même le ministre adjoint [Okello Oryem] ne vient pas régulièrement ici », a déclaré Ogwal.

«Nous ne pouvons pas rester assis et regarder en silence lorsque des Ougandais meurent continuellement au Rwanda. Cette Chambre devrait donner au ministre des Affaires étrangères un ultimatum pour nous faire une déclaration complète sur le différend frontalier entre l'Ouganda et le Rwanda », a ajouté la chef de l'opposition, Betty Aol Ochan.

La présidente de la Chambre des députés, Rebecca Kadaga a envoyé au ministre des Affaires étrangères Sam Kutesa, un ultimatum jusqu'à mardi de la semaine prochaine pour venir présenter un rapport sur la progression sur l’état des conflits frontaliers entre l'Ouganda et le Rwanda, arguant que la question est restée en suspens depuis novembre de l'année dernière.

La présidente Rebecca Kadaga se demande aussi si le gouvernement émettrait un avis aux voyageurs exhortant les Ougandais à ne pas entrer au Rwanda.

S'exprimant lors de la remise officielle des neuf Rwandais libérés la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Sam Kutesa, « la libération de ressortissants rwandais a été un acte de bonne volonté et une démonstration de l'engagement de l'Ouganda à réparer les liens rompus avec le Rwanda. »

Un agent gouvernemental, Anna Nankabirwa, a tenté de répondre aux demandes des députés, et a réitéré la déclaration du premier ministre selon laquelle des efforts étaient en cours pour résoudre le différend frontalier et que le ministre des Affaires étrangères informerait la Chambre une fois les progrès réalisés.

Les observateurs se demandent si les membres du Parlement ougandais savent exactement les vraies causes de conflits entre les deux pays frères. Au moment où le Rwanda met en avant l’arrestation et la torture des ressortissants rwandais, et surtout l’hébergement des milices qui ménacent la sécurité du Rwanda, au lieu de chercher à résoudre ces problèmes le gouvernement ougandais met en avant et surtout la fermeture des frontières. Ainsi les membres du parlement n’ont pas la situation du problème d’une manière holistique.