Ce vendredi 14 juin l’hommage et les honneurs seront rendus aux soldats de l’Opération Turquoise. Sans honte ni regret.




Un colloque célébrera, vendredi 14 juin au Musée de l’armée aux Invalides, les 25 ans de l’opération française. Mais on peut se demander, avec étonnement ce que célèbrera l’armée française. Car les hauts faits de cette opération et l’armée française sont bien connus. On ne peut citer que quelques aventures.

La France a fortement manipulé le Conseil de sécurité des Nations Unies pour obtenir l’autorisation d’envoyer au Rwanda ses soldats. Elle a été la seule dans cette aventure car les autres membres trouvaient que c’était la folie et que l’intention présentée était fausse.

Toute l’Opération était basée sur un mensonge criminel. En plein génocide, la France a persuadé le Conseil de sécurité des Nations Unies que cette opération est humanitaire, alors qu’elle est descendue au Rwanda avec tout un arsenal pour en découdre avec le FPR. Au fait elle a apporté un appui au gouvernement génocidaire pour parachever le génocide contre les Tutsi qui était en cours, tout en visant de neutraliser le Front Patriotique Rwandais, qui lui combattait les génocidaires.

Quel hommage rendre aux soldats de l’Opération Turquoise qui ont donné l’occasion aux génocidaires d’éliminer les survivants de Bisesero, qui avaient crus en eux comme sauveurs, alors que ces derniers les ont exposés aux tueurs. Voilà l’opération humanitaire !

L’hommage devrait être plutôt rendu au FPR qui a fait prisonnier ces braves soldats de l’Opération turquoise, et les a relâché, par magnanimité et honneur de soldat sans les traîner dans la boue ni venger les victimes du génocide  

Il est vrai que l’opération humanitaire, selon la France, a fonctionné quand cette opération a mis sous sa protection le gouvernement génocidaire vaincus, son armée et ses milices criminels et génocidaires.  L’armée française, les a rassemblés dans sa zone turquoise,  les gros poissons exfiltrés en France et en Europe, et les soldats rwandais, les miliciens génocidaires ont été placé aux frontières, avec la population comme bouclier, ils les ont armés pour pouvoir retourner au Rwanda le plus rapidement possible. Tout cela contrairement aux résolutions de l’ONU. Ce sont ces armes données par la France qui continuent à semer la désolation dans l’Est de la RDC.

Le peu de survivants qui ont été sauvés par les français, ne l’ont été que par nécessité et par honte pour trouver des éléments à mettre dans leur rapport. Et comme leurs collègues et amis génocidaires rwandais qui ont sauvé des filles pour commettre des viols, certains témoignages confirment que les français n’ont pas hésité à exploité la faiblesse de personnes qu’ils étaient sensés protéger.

Tant que l’on y est, vont-ils célébrer la mort de Habyarimana qui reste un mystère ? Après la chute de l’avion les français ont été les premiers à fouiller l’avion et leur agent Barril n’a jamais cessé de mentir pour brouiller la piste sans oublier sa boîte rouge qu’il présentait comme la boite noire de l’avion.

Cet hommage, est un acte de provocation et c’est un signe que la France ne changera pas !