Création d'une Alliance Mondiale pour les Villes Intelligentes en Afrique, favorisant un accès à l'énergie verte et à la connectivité, et lancement d'un programme de lampadaires intelligents. Par Société générale

 



Les marchés émergents et les pays en développement, principalement en Afrique, sont les zones clés où doivent se concentrer les investissements nécessaires à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies. Dans une publication récente, l'UNEP FI (*) estime que l'écart, en termes de flux financiers à allouer pour atteindre les objectifs des ODD, est d'environ 2 500 milliards de dollars par an jusqu'en 2030, et que le continent africain à lui seul représente près de la moitié de cet écart.

Pour atteindre les ODD, il est donc primordial de :

- Rénover les infrastructures et accélérer la transition énergétique dans les marchés développés et ;
- Innover et créer des infrastructures résilientes pour permettre un « bond en avant » des marchés
  en développement.

Pour réussir cette accélération en matière de développement durable, les pays émergents et en développement d'Afrique doivent saisir les opportunités offertes par le numérique et repenser leurs modèles économiques à l'aune de cette transformation. La création de l'Alliance Mondiale pour les Villes Intelligentes en Afrique (GASCA ou Global Alliance for Smart Cities in Africa), dont l'objectif est d'explorer collectivement des moyens concrets pour soutenir le développement de l'Afrique, s'inscrit dans cette ambition.

GASCA est une alliance aux compétences multiples, fondée par des entreprises africaines de premier plan et des groupes internationaux, partageant une vision commune sur l'importance de construire des solutions innovantes et durables en Afrique. L'alliance est ouverte à de nouveaux partenaires partageant la même ambition. Les membres fondateurs de l'alliance sont :

• R20 - Regions of Climate Action : Une organisation internationale à but non lucratif fondée par Arnold Schwarzenegger pour aider les gouvernements infranationaux du monde entier à développer et à garantir le financement de projets d'infrastructure verte ;

• La Fondation Leonardo DiCaprio : Conseil et soutien aux partenariats collaboratifs, la Fondation accompagne des projets qui renforcent la résilience au changement climatique dans le monde entier ;

• Africa Development Solutions Group (ADS) : Un groupe panafricain qui comprend plusieurs usines de montage en Afrique ainsi que Solektra International, une société leader dans les solutions d'énergie solaire (PV, LED) dont l'objectif est d'investir dans la croissance économique et l'emploi en Afrique ;

• JCDecaux : Numéro un mondial de la communication extérieure présent dans plus de 80 pays et partenaire de 4031 villes, dont le modèle novateur permet de fournir aux collectivités du mobilier urbain et des services entièrement financés par la publicité (abribus, mobiliers urbains d'information municipale, sanitaires publics à entretien automatique et bornes de recyclage) ;

• Signify (anciennement Philips Lightning) : N° 1 mondial de l'éclairage dont l'objectif est d'accélérer l'extraordinaire potentiel de la lumière pour des vies plus agréables et un monde meilleur ;

• Société Générale : Une des principales banques européennes et un partenaire de longue date du continent africain avec une présence dans 19 pays. Société Générale s'est engagée à jouer un rôle moteur dans le développement durable et bas carbone de l'Afrique, en collaboration avec les acteurs du secteur privé et public. La Banque s'appuie notamment sur son savoir-faire en matière de financement dans les domaines de l'énergie et des infrastructures ainsi que sur son expertise unique en matière de financement à impact.

La première action que souhaite promouvoir GASCA est le développement d'un écosystème de lampadaires intelligents. Ces derniers apportent une solution avancée, sur le plan technologique et économique, à deux des principaux problèmes auxquels sont confrontées les communautés africaines : l'accès à l'énergie et la connectivité. Le lampadaire intelligent répond à ces deux problèmes, à la fois dans les villes et dans les zones rurales :

• Une avancée technologique : le lampadaire intelligent, grâce à son panneau solaire photovoltaïque hors réseau et à sa batterie, peut apporter de l'énergie dans les zones où il n'y a pas d'électricité. Cette solution ne nécessite pas nécessairement une extension du réseau national qui, dans la plupart des cas, requiert des investissements considérables. Le lampadaire intelligent peut également fournir des services de télécommunication et de connectivité en servant de relais Internet potentiel. En répondant à ces défis, le lampadaire intelligent a aussi la possibilité de fournir des services supplémentaires en matière de mobilité, de sécurité, d'éducation et de santé connectés ou encore des solutions de bien-être pour les citoyens.

• Une avancée en matière de modèle économique : cette étape nécessite la mise en place d'un nouvel écosystème qui doit permettre aux lampadaires intelligents de générer des revenus dérivés et ainsi de permettre au secteur public d'envisager des investissements qui dépassent ses budgets actuels. Pour favoriser l'émergence de ce modèle économique, il est essentiel de développer davantage la coopération en construisant des partenariats public-privé, qui permettront de répondre aux enjeux techniques, commerciaux et financiers du lampadaire intelligent.

Dans cette perspective, GASCA est pleinement ouverte à accueillir davantage de représentants du secteur public ainsi que des acteurs de la clean tech, de la finance et de services, au sein de cette alliance afin de poursuivre le développement de solutions intelligentes en Afrique.

GASCA envisage une première mise en œuvre du programme de lampadaires au Rwanda. Pays hôte de l'Alliance Smart Africa et du célèbre Sommet Transform Africa, le Rwanda est un acteur essentiel dans la promotion des technologies numériques sur le continent, et à l'avant-garde du développement des villages avec son programme « Village vert ».