La légendaire stabilité politique du Gabon a failli être ébranlée ce lundi 7 janvier.  Source Africanews, Médias



Voir vidéos à la page d'accueil


À Libreville, quatre militaires sous la conduite du lieutenant Ondo Obiang Kelly, commandant adjoint de la garde républicaine ont pris possession de la radio et télévision nationales dès le lever du jour (5h30 GMT).

06:30

Des tirs de coups de feu ont été entendus au même moment par l’AFP autour de la Radio Télévision Gabonaise (RTG), sur le boulevard Triomphal, dans le centre ville. Des blindés des forces de sécurité gabonaises bloquaient à 07H00 l’accès à ce boulevard, a constaté un correspondant.

07:00

Pluie d’interprétations

Jusqu’ici, pas encore de déclaration de quelque chancellerie ou institution internationales. Mais, sur les réseaux sociaux, les commentaires pleuvent comme une série de pluie diluviennes. 

 

Mais la plupart des commentaires font état d’un coup d‘État.

Le coup d'ETAT ne doit pas etre accepté au Gabon. Où est la cedeao?  L'UA?

07:30

Coupure du signal de la radio (médias)

Selon des médias et des témoins, le signal de la radio aurait été coupé. @21Tiwa

Hervé Tiwa

07:40

Tous les points stratégiques de la capitale sécurisés (Officiel)

D’après un officier de l’armée gabonaise cité par RFI tous les points stratégiques de Libreville sont désormais sécurisés. D’après le correspondant de la “Radio mondiale” sa source confirme aussi la coupure du signal de la radio et d’internet. Et la communication s’est brutalement interrompue au moment où Yves Laurent Goma rendait compte à sa rédaction centrale.

08:09 

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité: Coup de force militaire en cours au Gabon

Des médias aussi y voient un coup de force militaire DW Afrique

08:10 

Coup de force militaire en cours au Gabon | DW | 07.01.2019 https://m.dw.com/fr/coup-de-force-militaire-en-cours-au-gabon/a-46980593?maca=fra-VAF_Bolivar%20FM_Facebook%20_Actualit%C3%A9-28477-xml-media …

08:28 

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Urgent : le signal de Radio Gabon vient d’être coupé - Actualité du Cameroun

Le signal de Radio Gabon investi par des militaires qui y ont lu un communiqué annonçant un coup d’Etat au Gabon, vient d’être coupé à 7 h 18 . Actualite du Cameroun.com

08:30

Vers des négociations entre l’armée et le groupe de militaires “putschiste”

Des témoins sur place et des médias expliquent que des négociations devraient s’ouvrir sous peu entre l’armée et le groupe de jeunes officiers ayant pris le contrôle de la radio et télévision nationales.

Une source proche de l’armée indique que la situation est désormais sous contrôle et que la connexion internet a été rétablie.

08:50

Les mutins arrêtés, l’ordre devrait être rétabli sous peu (Officiel)

C’est peut-être la fin de ce que des observateurs ont appelé “tentative de coup d‘État” au Gabon. Le groupe de militaires qui s‘était emparé de la radio et télévision nationales ce matin, vient d‘être arrêté à l’issue d’un assaut lancé à la radio par le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN). L’information est du ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Guy-Bertrand Mapangou. “La situation est sous contrôle et l’ordre sera complètement rétabli dans deux ou trois heures”, annonce le ministre

09:45

L’Union africaine “condamne fermement” la tentative de coup d’Etat

Si la situation est sous contrôle, la tentative de coup d‘état n’a pas plu à l’Union africaine. D’après l’AFP, l’organisaton “condamne fermement” la tentative de coup d’Etat au Gabon. D’autres comme l’Union européenne devraient sans doute emboîter le pas à l’UA.

11:00

Le cerveau du coup d‘État en fuite

De tous les quatre mutins, seuls trois ont été mis aux arrêts. Celui qui est censé être le cerveau, le lieutenant Ondo Obiang Kelly serait en cavale d’après un officier chargé des opérations de rétablissement de l’ordre à Libreville. Il aurait déshabillé un journaliste et abandonné son uniforme pour tromper la vigilance du GIGN.

12:00

La France condamne toute “tentative de changement de régime extra-constitutionnel”

La France a condamné lundi la tentative de coup d’Etat au Gabon, qui a échoué, et appelé au “strict respect” de la Constitution dans ce pays dont le président Ali Bongo Ondimba, malade, est absent depuis deux mois et demi.

“Nous condamnons toute tentative de changement de régime extra-constitutionnel. La stabilité du Gabon ne peut être assurée que dans un strict respect des dispositions de sa Constitution”, a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

14:00

Le chef du commando arrêté, deux autres membres tués

L’annonce a été faite par la présidence gabonaise. Des quatre membres du commando, deux ont été arrêtés, tandis que les deux autres autres ont été tués. Pas encore de détails sur l‘élimination des deux soldats. L’hypothèse d’un échange de tirs lors de l’assaut est de mise.

Selon un informateur, quatre des mutins ont été arrêtés par les unités des forces spéciales françaises présentes sur le territoire gabonais mais selon le porte-parole du gouvernement, le ministre de la Communication Guy-Bertrand Mapangou, les mutins ont été arrêtés par les unités du GIGN gabonais et non par forces spéciales françaises .

Une source de 24jours.com au Gabon, témoin d’une des arrestations, affirme que l’intervention a été effectuée à la fois par des homme Blancs et des Noirs portant des uniformes du GIGN Gabonais. selon lui, c’est clairement la main de la France qui fera tout pour rétablir l’ancien président Ali Bongo dans son bureau.

14:50

Petit rappel des faits

Promettant la formation d’un « Conseil national de restauration », le commando entendait « garantir au peuple gabonais une transition démocratique » en appelant ce même peuple au soulèvement.

Une réponse selon eux à l’incapacité du président Ali Bongo en convalescence à Rabat après un AVC qui le dérange depuis le 24 octobre.

L’assaut lancé par le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) a permis de rétablir la situation dans la mi-journée. L’internet et les signaux de certaines chaînes de radio qui avaient été coupés ont vite été rétablis.

Le bilan humain officiel fait état de deux putschistes tués et deux autres arrêtés, selon la présidence de la République. Le gouvernement gabonais venait de déjouer le coup d‘État.

Bien qu’ayant avorté, la tentative de coup d‘État a été condamnée avec véhémence à l‘étranger, notamment par la France et l’Union africaine.

Mais, le feuilleton du putsch manqué de Libreville est loin de connaître son épilogue. C’est la deuxième tentative de coup d‘État de l’histoire du Gabon après celle du 17 au 18 février 1964. Informé par Albert Bernard Bongo (Omar Bongo Ondimba) à l‘époque, directeur de cabinet du président de la République, le général de Gaulle envoya une compagnie de parachutistes qui renversa le gouvernement provisoire et réinstalla Léon Mba dans ses fonctions de chef de l‘État.