Accompagnée de son hôte, le président Denis Sassou N'Guesso, la nouvelle secrétaire générale de l'OIF a eu l'heureuse occasion de visiter le centre dédié aux rites traditionnels de la culture bantoue,  le 1er novembre, après la cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs aux cimetières d'Oyo et d'Edou. Par Audrey Fleur Galiba



Le musée Kiebe-Kiebe, en effet, est un espace qui fait découvrir les secrets de la danse du même nom, liant le visible à l'invisible, symbole distinctif traditionnel, reconnu dans les départements de la Cuvette ouest, de la Cuvette et des Plateaux. 

 Abraham Ibela, initié, s'est longuement exprimé pour expliquer les subtilités, les symboles de cette tradition. Un film a ainsi été projeté qui a permis aux spectateurs de saisir toute la substance de la danse Kiebe-Kiebe.

Louise Mushikiwabo, séduite par les rouages de cette culture, n'a pas manqué de consigner ses sentiments dans le livre d'or de ce musée, lequel pour elle demeure une belle expression de la préservation de la culture ancestrale. 

Pour la secrétaire générale de l'OIF, il serait nécessaire de procéder à un échange de culture entre le Congo et le Rwanda, compte tenu des ressemblances du Kiebe-Kiebe et les traits de la culture rwandaise. Pour rappel, notons que ce musée a vu le jour grâce à l'initiative du chef de l'État qui l'a inauguré en mai 2017.