FACEBOOK : L’Afrique Touchée par le Scandale Facebook-Cambridge Analytica

L’Afrique est aussi touchée par le scandale qui a éclaté fin mars 2018 aux Etats Unis et en Europe, dans l’affaire de divulgation de données personnelles d’utilisateurs du réseau social Facebook par la société Cambridge Analytica. Par Williams A-M



Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, était devant le Congrès américain, les 10 et 11 avril 2018 pour s’expliquer sur l’affaire de divulgation des données d’utilisateur
Le scandale Facebook-Cambridge Analytica n’a pas épargné l’Afrique. La raison, le Kenya pour ses élections de 2013 et 2017 ainsi que le Nigéria pour son processus électoral de 2015 sont cités. Au Kenya, la firme anglaise de communication stratégique à travers sa filiale SCL Elections, aurait mené de bout en bout la campagne électorale du candidat déclaré vainqueur, l’actuel président Uhuru Kenyatta.
La stratégie de l’entreprise se bâtit autour d’une collecte de données personnelles d’utilisateurs par le lancement de l’application thisisyourdigitallife. Avec ces données, elle construit un plan de communication adapté sur différents critères d’ordre psychologique, sociologique, religieux ou relatifs aux origines des utilisateurs.
Pour le Kenya, « Nous avons rebaptisé l’ensemble du parti deux fois, écrit le manifeste, fait des recherches, des analyses, des messages. Je pense que nous avons écrit tous les discours et que nous avons organisé le tout. », a expliqué Mark Turnbull, Directeur Général de Cambridge Analytica et de sa filiale SCL Elections, à une équipe d’investigation de la chaine d’informations Channel 4. Mark Turnbull a nié plus tard avoir tenu ces propos.
Autre fait reliant l’Afrique au scandale Facebook-Cambridge Analytica : l’élection présidentielle du Nigéria en 2015. Goodluck Jonathan, président sortant et candidat à l’élection présidentielle, aurait aussi sollicité les services de la société britannique. Une enquête a été lancée dans le mois d’avril 2018 afin de faire la lumière sur cette affaire.