Un homme "pétrifié" qui a fait "ce qu'il a pu": l'épouse d'Octavien Ngenzi, ancien bourgmestre du village rwandais de Kabarondo jugé en France pour avoir participé au génocide en 1994, a dit vendredi son "admiration" pour son mari. Presque "indécent" pour l'accusation.