Le bénévole du diocèse de Nantes, originaire du Rwanda, qui avait été interpellé peu après l’incendie de la cathédrale, a de nouveau été placé en garde à vue ce samedi. Par Actu17

 

 


La cathédrale de Nantes est en proie à un important incendie. (photo Twitter / @pldelauney)

 

 

Un temps soupçonné d’être lié à l’incendie de la cathédrale de Nantes, le bénévole rwandais âgé d’une trentaine d’années avait été libéré dimanche au terme d’une garde à vue.

Dans un communiqué diffusé ce samedi, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a annoncé que ce ressortissant rwandais est de nouveau en garde à vue depuis ce samedi à 6h15 dans cette affaire, relate Le Figaro.

Le suspect a été déféré ce soir au parquet de Nantes, « qui a ouvert une information judiciaire des chefs de dégradations, détériorations ou destruction du bien d’autrui par incendie et requis la saisine du juge des libertés et de la détention aux fins de placement de l’intéressé en détention provisoire ». Les décisions du juge d’instruction et du juge des libertés seront communiquées ce samedi « en fin de soirée ».

Selon les dernières informations, il semble que le suspect a avoué de son crime et que cela lui a procuré un apaisement.

Plus de 30 personnes entendues dans ce dossier

L’incendie de la cathédrale de Nantes est survenu dans la matinée du 18 juillet dernier. « Les premiers résultats communiqués par le laboratoire central de la Préfecture de police de Paris amènent à privilégier la piste criminelle », a rappelé le magistrat dans son communiqué.