Le procès de 20 FDLR présumés auteurs des massacres de Miriki, au Nord Kivu, en 2016 a débuté lundi à Goma. lIls sont poursuivis pour insurrection, des crimes de guerre, de meurtre, tentative de meurtre et destruction par incendie…Source Radio Okapi






C’était dans la nuit du 6 au 7 janvier 2016 que des présumés combattants rwandais des forces démocratiques pour la libération du rwanda (FDLR) ont attaqué la localité de Miriki. Cette nuit-là, 16 civils sont tués et 9 autres grièvement blessés, tous de la communauté Nande, selon plusieurs sources locales. Un mois après, une autre attaque est menée, en représailles dans le village Vuvutsio, par un groupe armé local, tuant 25 civils de la communauté Hutu.

Les présumés auteurs de ces meurtres étaient en détention préventive à la prison centrale de Goma depuis plus de 4 ans. Parmi eux, un commandant Fdlr, Nizeyimana Kizito Evariste, poursuivi pour avoir commandé un mouvement insurrectionnel, mais aussi pour crimes de guerre par meurtre, destruction et incendie.

Le procès ouvert lundi à Goma ira jusqu’au 30 juin. Pour ce premier jour d’audience, la cour a procédé à l’identification des prévenus.