L’Association Communauté Rwandaise de France saisit le Parquet de Nanterre pour demander l’identification, la poursuite et le jugement de celles et ceux qui ont permis à Félicien KABUGA d’échapper à la justice

 

 




L’Association Communauté Rwandaise de France saisit le Parquet de Nanterre pour demander l’identification, la poursuite et le jugement de celles et ceux qui ont permis à Félicien KABUGA d’échapper à la justice

L’Association Communauté Rwandaise de France (CRF) se réjouit de l’arrestation de Félicien KABUGA, inculpé de génocide et de six autres chefs d'accusation, tous commis pendant le génocide contre les Tutsis au Rwanda.

L’Association a pris connaissance du communiqué conjoint de la Gendarmerie Nationale, du Parquet Général auprès de la Cour d’appel de Paris et de l’Office Centrale de Lutte contre les Crimes contre l’Humanité qui indique que Félicien KABUGA a pu se soustraire à la justice pendant de longues années grâce à l’aide dont il a pu bénéficier. Elle considère qu’il n’est pas à exclure que Félicien KABUGA ait pu bénéficier également de l'aide, d'individus, d'institutions ou organismes pour se procurer des documents d’identité et de voyage, se faire soigner, voyager, etc, puisqu’il est établi d’ores et déjà qu’il a pu voyager dans plusieurs pays, bénéficier de soins médicaux, etc…

Ce faisant, ces individus, institutions ou organismes ont privé, pendant plusieurs années, de justice des citoyens français ou résidant en France, victimes du Génocide contre les Tutsis ou à leurs ayant-droits. Ils ont, par ailleurs, mobilisé, pendant des années, les forces de l’ordre et les services de la justice en charge de l’exécution du mandat d’arrêt international dont Félicien KABUGA faisait l’objet, causant ainsi un préjudice au contribuable français.

Le recel de malfaiteur étant une infraction prévue et punie par la loi française, l’association Communauté Rwandaise de France a déposé ce jour, auprès de Madame Catherine Denis, Procureure de la République de Nanterre, une plainte afin que soient identifiés, poursuivis et jugés celles et ceux qui, en France et ailleurs, ont fourni à Félicien KABUGA un logement, des subsides, des moyens d'existence ou tout autre moyen qui lui a permis de le soustraire aux recherches ou à l'arrestation.

 


Paris, le 22 mai 2020

 


Angélique INGABIRE
Présidente de la CRF  
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.