Richard Sezibera, a appelé lundi la communauté internationale à tenir compte de l’augmentation des cyberattaques perpétrées par des groupes de mercenaires. Par African Daily Voice


Le ministre rwandais des Affaires étrangères, Richard Sezibera. Photo : Medi1 TV

« Les mercenaires ne sont pas seulement impliqués dans des combats actifs. Nous constatons maintenant une augmentation des cyberattaques et de l’espionnage industriel gagnées par des groupes de mercenaires dans le confort de leur foyer », a déclaré M. Sezibera.

« Les cadres politiques existants de l’Union africaine ainsi que de la Convention des Nations unies contre le recrutement, l’utilisation, le financement et l’instruction de mercenaires de 1989 doivent être mis à jour pour qu’ils puissent faire face aux nouvelles réalités », a-t-il ajouté.

« Pour contrer et neutraliser la menace des activités de mercenaires en Afrique, nous devons prendre des mesures énergiques pour faire face à cette source d’instabilité persistante sur notre continent », a affirmé M. Sezibera.

« Seule une approche collective et bien coordonnée aux niveaux régional et international nous permettra de mettre fin au phénomène des mercenaires en perturbant leurs réseaux financiers, leurs recrutements transfrontaliers et, partant, en mettant en échec leurs opérations », a déclaré Sezibera.

Le ministre a indiqué que les mercenaires font partie d’une augmentation inquiétante des réseaux criminels transfrontaliers, dont certains sont bien financés avec des équipements de communication et militaires sophistiqués et beaucoup qui sont connectés à des réseaux terroristes mondiaux.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que l’organe international « est prêt à continuer à aider les gouvernements à lutter contre les activités des mercenaires ».