JUSTICE : Les Gri-gri de l’Abbé Munyeshyaka sont Efficaces, il est Encore Acquité par la Justice Française

La justice française vient de prononcer un non-lieu en faveur de l’abbé Wenceslas Munyeshyaka, accusé de plusieurs crimes commis lors du génocide contre les Tutsi.


Pendant le génocide, dans une certaine arrogance, l’abbé Munyeshyaka était en parmanence armé d’un pistolet et portait un gilet pare-bales.


Ce jugement est une confirmation de l’ordonnance rendue en octobre 2015 par les juges d’instruction qui avaient estimé que sa passivité face aux massacres ne pouvait suffire à l’accuser de « génocide » et à le juger devant la cour d’assises de Paris, malgré le rôle « trouble » qu’il avait joué dans sa paroisse de Kigali.
Pourtant ses survivantes victimes ainsi que les témoins affirment bien que l’abbé Munyeshyaka était tout sauf passif.

                                                        Munyeshyaka dans son gilet pare-bales en compagnie de génocidaires


Son avocat, heureux a déclaré : « Voilà un homme qui est mis en cause depuis 23 ans pour des faits gravissimes, qui s’est défendu pied à pied et qui a réussi à démontrer qu’il s’agissait d’accusations mensongères ». Pour l’avocat l’abbé Munyeshyaka est victime des associations proches du pouvoir rwandais.
Dans le cas de Munyeshyaka, comme dans beaucoup d’autres, les associations ainsi que le gouvernement rwandais, n’ont aucun intérêt à chercher du mal à cet obscur abbé qui ne s’est fait connaître que par ses aventures génocidaires, contraire de la parole divine qu’il était appelé à prêcher.

Comme certains génocidaires de Juifs, Munyeshyaka se fait aussi une virginité grâce à la Sainte Eglise Catholique et Romaine

 
Mais selon Alain Gauthier, président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda, il y a lieu d’envisager la possibilité d’un pourvoi en cassation.
En effet, il est incompréhensible d’innocenter ce prêtre, qui à l’époque du génocide, cet homme de dieu, tel un cheval débridé, s’est tout permis au sein des milliers de personnes qui avait cherché refuge dans l’église de la Sainte Famille, dont il était le curé.