L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce 20 mars au matin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Brice Hortefeux est également entendu. Par RI




Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi sur le perron de l'Elysée le 12 décembre 2007. © STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
L’ancien chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce 20 mars au matin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, selon une source proche du dossier. L’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux est également entendu ce même jour, en audition libre.
Jonathan Moadab
Après une enquête du site d’investigation Mediapart en mai 2012, faisant état de soupçons de participation financière présumée de l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi à la campagne victorieuse du candidat de l’UMP, des magistrats français ont été chargés de l’enquête. L’ancien chef de l’Etat français (2007-2012) a de son côté toujours nié ces accusations.
Nicolas Sarkozy est entendu pour la première fois dans ce dossier depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013 confiée à plusieurs juges d’instruction du pôle financier de Paris. La durée maximale de cette garde à vue est de 48 heures. A son issue, Nicolas Sarkozy pourrait être présenté aux magistrats en vue d’une mise en examen.
Le 19 mars 2011, la France intervenait militairement en Libye avec ses alliés de l’OTAN, alors en proie à une guerre civile.
Cette intervention s’est soldée par la mort du président libyen le 20 octobre 2011, date à laquelle il est capturé dans les environs de Syrte par les rebelles libyens, puis lynché et tué. Trois jours avant le début de l’intervention française, le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, accusait Nicolas Sarkozy d’avoir reçu de l’argent de la Libye pour financer sa campagne présidentielle en 2007. «Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen», avait-il affirmé.
Depuis, plusieurs personnalités françaises et libyennes sont soupçonnées d’avoir joué les intermédiaires entre Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy. L’ex-secrétaire général de l’Elysée puis ministre de l’Intérieur Claude Guéant, un proche de Nicolas Sarkozy, a notamment été accusé par le «porteur de valises», l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, d’avoir réceptionné cinq millions d’euros en provenance de Mouammar Kadhafi entre novembre 2006 et début 2007.
Des personnalités françaises et libyennes au cœur de l’enquête
L’ancien Premier ministre libyen puis ministre du Pétrole Choukri Ghanem a lui été retrouvé mort noyé dans le Danube en 2012. Dans un carnet supposé lui appartenir et révélé par Mediapart, il retraçait au moins trois versements différents en provenance de trois personnalités libyennes, pour un total de 6,7 millions d’euros. Le carnet fait aussi état d’une réunion s’étant tenue le 29 avril 2007, soit pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle, au cours de laquelle l’équipe de Nicolas Sarkozy aurait fait état d’une impatience toute particulière concernant le versement des fonds.
L’homme d’affaires français Alexandre Djouhri a été interpellé le 7 janvier 2018 à Londres. Intermédiaire financier, familier des réseaux de la droite française et proche de Nicolas Sarkozy, il est au cœur de l’enquête ouverte à Paris en 2013, mais il ne répondait pas jusqu’alors aux convocations des enquêteurs.