Monsieur Macron, oui la justice française doit être indépendante, mais par contre l'état français doit cesser de faire obstruction à la justice. Par Emmanuel Cattier


Emmanuel Macron rappelle à Paul Kagame que la justice française serait indépendante. Ce n'est pas ce qu'avait démontré le juge Bruguière avec une instruction politique contre le Rwanda sans aucun fondement factuels, ce que l'enquête de son successeur Marc Trévidic a mis en lumière.
Le juge Trévidic a du quitter son poste, normalement semble-t-il, et il a été remplacé par un juge qui semble avoir moins de force de caractère pour échapper aux pressions des responsables politiques et militaires de l'époque.... mais attendons, il vient de prendre son poste, on verra la suite.
Le plus gros problème de la justice française dans cette affaire de l'attentat du 6 avril 1994 au Rwanda, "déclencheur du génocide", ou plus exactement signal de lancement du génocide, est que l’État français fait selon toute vraisemblance obstruction à sa propre justice en ne communiquant pas les pièces à conviction rapportées, également selon toute vraisemblance, en France par le le colonel Grégoire de Saint-Quentin. Rappelons que ce colonel, devenu général depuis, s'est rendu immédiatement sur le lieu du crash, officiellement pour ramener en France les corps de l'équipage français. Mais il y est retourné à plusieurs reprises les jours suivants selon son propre courrier, que l'on trouve dans les annexes du rapport des députés français. De nombreux témoins, dont la famille Habyarimana, ont affirmé qu'il cherchait la boite noire. Vu les conditions du crash, il est très probable qu'il l'ait trouvée ainsi que des débris des missiles et je doute qu'il les ait laissés sur place !
Donc monsieur Macron, oui la justice française doit être indépendante, mais par contre l'état français doit cesser de faire obstruction à la justice. Car de ce point de vue elle apparaît comme dépendante. L'attitude de l'état français plombe de toute évidence l’instruction judiciaire et cela d'autant plus que l'expertise balistique française, conduite par le juge Trévidic, confirme que les tirs furent effectués depuis le camp militaire des forces gouvernementales rwandaises.
Monsieur Macron la France a clairement un problème de rapport à la vérité dans cette affaire. Souhaitez-vous que la vérité soit faite sur cet attentat "déclencheur d'un génocide" ? Si c'est oui, alors ne vous laissez pas tromper par nos militaires.