Il n’est pas précisé les causes du décès de l’ancien général qui, condamné à mort à deux reprises après sa chute, avait dit être, en tant que militaire, «préparé à l’idée de ne pas mourir dans son lit». Par Nassim Bouabbas



Moussa Traoré, alors lieutenant, avait été le principal promoteur du coup d’État du 19 novembre 1968 qui avait renversé le président Modibo Keïta, au pouvoir depuis l’indépendance en 1960. Il était devenu président de la République un an plus tard et aura exercé un pouvoir quasiment sans partage pendant plus de 22 ans.

Son décès survient dix jours avant son 84ème anniversaire et sept jours avant celui de la proclamation de l’indépendance du Mali. Il survient aussi alors que son pays, plongé depuis des années dans une profonde crise sécuritaire, économique et politique, vient de connaître son quatrième coup d’Etat depuis l’indépendance et cherche à grand-peine les suites à donner au putsch du 18 août.

Ces dernières années, Moussa Traoré était devenu une sorte de vieux sage que les politiciens allaient consulter.