Depuis le début de l’épidémie : 198 pays ont été affectés par le virus, pour 468 577 cas déclarés. 21 185 décès; 113 817 guérisons; 333 575 patients en cours de soins, dont 14 909 en état critique. Par Dominique Delawarde.







Avertissement du jour : Les pays qui sont listés dans le tableau quotidien n’incluent pas les départements et territoires d’outre-mer qui leur sont rattachés. Exemple : La France, la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion, la Guyane, la Polynésie, la Nouvelle Calédonie, Saint Barth, Saint Martin, Mayotte, etc) sont listés séparément. La totalité des départements et territoires d’outre-mer français n’a déclaré, au total, que 367 cas et n’a compté que 2 décès : beaucoup plus de peur et de panique que de mal…

Question d’un lecteur : La Russie, qui se trouve curieusement épargnée, déclare-t-elle un bilan sincère ?

Ma réponse : Sont présents aujourd’hui en Russie des agents de l’OMS, des agences de presse étrangères, des journalistes occidentaux, des diplomates, des espions occidentaux, des dissidents et opposants russes. Tout ce beau monde se ferait un malin plaisir à faire savoir, en instantané, à la planète entière, une éventuelle suractivité ou saturation des hôpitaux russes si celle-ci existait. S’ils ne le font pas, c’est que cette saturation n’existe pas et donc que le Covid-19 n’y suscite pas la panique et la saturation des capacités hospitalières, comme c’est le cas en Europe de l’Ouest.

La gouvernance russe a pris, bien avant l’UE, des mesures fortes, dans les tout premiers jours de l’épidémie. Elle a piloté au mieux ces mesures pour les adapter à chaque évolution constatée, avec toujours un ou deux temps d’avance sur nous. Ces mesures fortes et ce pilotage « anticipant » au mieux toutes les situations prévisibles a donné de bons résultats. Agir en préventif, tester, diagnostiquer, soigner au plus tôt et donc guérir plus facilement, confiner au besoin. Toute la palette des mesures efficaces a été utilisée.

Le résultat ? 658 cas détectés et traités, 8 cas critiques, 3 décès. La Russie ne crie pas victoire pour autant, elle a déclaré 153 cas nouveaux aujourd’hui …

Je pense, pour ma part, que ce bilan est, au moins aussi sincère que le nôtre qui ne prend pas en compte les décès liés au Covid-19 dans les EHPAD ou à la maison. Chez nous, le refus ou l’incapacité de tester, pour diagnostiquer et soigner avant qu’il ne soit trop tard réduisent peut-être le nombres de cas déclarés, mais ils réduisent aussi la connaissance de la situation réelle de l’épidémie et donc la capacité d’y faire face efficacement.

Depuis le début de l’épidémie :

198 pays (+1) ont été affectés par le virus, pour 468 577 (+46 003) cas déclarés. 21 185 décès (+ 2 291 hier) ; 113 817 guérisons (+ 5 450 hier) ; 333 575 patients (+ 39 500 hier) en cours de soins, dont 14 909 en état critique (+ 1 647 hier). 2 291 nouveaux décès du coronavirus (+ 1 par rapport à la veille) dans la seule journée du 25 mars.

12 pays seulement ont déclaré plus de 100 décès depuis le début de l’épidémie (Italie, Chine, Espagne, Iran, France, USA, Royaume Uni, Pays Bas, Corée du Sud, Allemagne, Suisse et Belgique).

Sur les 21 185 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 20 254 l’ont été dans ces 12 pays (95,6%) et 15 173 (71,2%) dans les pays occidentaux (US, UE, OTAN).

2 096 des 2 291 décès d’hier (91,5%) sont « US, UE, OTAN ». C’est ce camp qui paiera le prix le plus fort tant sur le plan humain que sur le plan économique (récession inévitable, crise économique possible)

Au niveau de la planète et compte tenu des mesures prises par tous les pays, l’épidémie ne reste vraiment préoccupante que dans 5 pays : 3 pays latins de l’UE (Italie, Espagne, France), les USA et l’Iran.

En Italie, le pic de l’épidémie est imminent. Selon le Conseil National de la Recherche, il aurait déjà été atteint dans 57 des 107 départements italiens. La baisse de la mortalité sera progressive. A la fin de l’épidémie, le bilan des décès devrait doubler le nombre des décès que nous avons aujourd’hui, sous réserve bien sûr de ne pas baisser la garde trop tôt. Un bilan supérieur à 15 000 décès ne me surprendrait donc pas.

Le petite Italie devrait donc enregistrer, à elle seule, près de 5 fois le nombre de décès du géant chinois (et peut être davantage). Notre président Macron a souligné dans son discours d’hier que la France avait pris en charge, en début d’épidémie, 20 patients italiens en détresse respiratoire (sur 74 386 cas connus à ce jour). Très satisfait de « cet effort immense » accompli à un moment où la France n’était pas encore atteinte, il a conclu en disant : « C’est ça l’Europe, c’est ça la solidarité européenne … » Les italiens apprécieront …. Il semblerait que, dans nombre d’hôtels italiens, le drapeau européen ait été remplacé, en façade, par le drapeau chinois …

L’Espagne a, elle aussi, dépassé la Chine en nombre de décès. Les nombres quotidiens de nouveaux cas et des cas critiques sont en hausse, celui des décès quotidiens est stable. Le pic de l’épidémie ne sera pas franchi avant début avril. Un bilan final de 8 000 à 10 000 décès, et peut être davantage, est donc envisageable (de l’ordre de 3 fois le nombre de décès du géant chinois).

La France, qui devrait atteindre le pic de l’épidémie dans une douzaine de jours (2ème semaine d’avril) a toujours un nombre de cas sérieux ou critique en forte augmentation. Il faut attendre un peu pour faire des prédictions précises, mais un bilan de pertes 3 fois plus lourd que celui de la Chine ne me surprendrait pas (6 000 à 10 000 décès). Notons au passage que la France ne comptabilise pas les décès liés au coronavirus à domicile ou en EHPAD, ce qui allégera d’autant le bilan final ….

L’Iran n’a pas encore atteint le pic de l’épidémie. Pays sous sanctions US-UE-OTAN dans les faits (L’UE et l’OTAN agissant sous contrainte US), l’Iran est toutefois aidé par la Chine et la Russie. Cette solidarité OCS (Organisation de Coopération de Shangaï) paraît plus solide que la solidarité UE vis à vis de l’Italie.  En fin d’épidémie, l’Iran devrait se situer au 5ème rang pour le nombre des victimes, derrière les trois pays latins de l’UE et derrière les USA.

Aux États-Unis, l’épidémie explose. Dans deux jours, les USA auront dépassé l’Italie et la Chine en nombre total de cas détectés. Pour le nombre de décès en fin d’épidémie, elle devrait se classer sur l’une des trois marches du podium et peut être la première si le pays continue à réagir en ordre dispersé. Certains états privilégient en effet le maintien de l’économie au détriment de la santé. Nous verrons bien dans les jours qui viennent.