Un génocide touche et tache toute l’humanité, dit Esther Mujawayo, rescapée de la nuit rwandaise. Lire d’Aloys Kabanda




Comment pourrait-il en être autrement alors que le massacre des Tutsi est enclenché sous les yeux d’une force de maintien de la paix des Nations unies ! Et que les responsabilités de ce désastre sont nombreuses. Les stigmates de 1994 ne disparaitront pas de sitôt dans les brumes de l’Histoire…

L’association Ibuka Mémoire et Justice y veille. Perpétuer le souvenir des victimes, lutter contre l’impunité, combattre les propos révisionnistes, voilà ses missions. Avec son exposition sur les 100 jours du génocide, elle s’adresse aussi aux jeunes, essaie de les sensibiliser, de les conscientiser. Ce recueil s’inscrit dans cette démarche.

Si l’ouvrage nous propose une série de témoignages de rescapés, de Casques bleus, d’un délégué du CICR, quelques repères historiques et des extraits de discours de l’un ou l’autre « grand repenti » – Boutros Boutros-Ghali, Bill Clinton, Guy Verhofstadt, Kofi Annan, Nicolas Sarkozy –, son originalité se trouve dans son côté visuel. Aloys Kabanda, initiateur du projet, est parvenu à réunir des images, souvent inédites, qui nous plongent au cœur de la tempête, au cœur de l’ignominie.

Des photos et des caricatures : sans doute les voix les plus puissantes qui se levaient en ces heures sombres. Certains clichés seront jugés trop choquants, car trop vrais. Insoutenables, puisqu’ils nous confrontent à des sentiments de colère, de rage, de tristesse… Quant aux dessins, ce sont autant de tableaux « provocateurs », de regards d’artistes à l’humour corrosif, sans concession.

Des images contre l’oubli du génocide des Tutsi en 1994, c’est le sens de ce livre de la mémoire.

Aloys Kabanda, auteur de ce recueil (avec Ibuka), promoteur de l’exposition itinérante « Les 100 jours du génocide des Tutsi en 1994 », fait partie des membres fondateurs d’Ibuka, du Collectif des parties civiles (CPC), de Mpore (une association de soutien aux rescapés) et du Collectif belge contre les génocides.

Un livre publié par IBUKA et le GRIP, avec le soutien de Fédération Wallonie Bruxelles-Démocratie ou Barbarie et la Fondation Auschwitz