SANTE : Dix Mille Personnes Attrapent le VIH/SIDA par An, Tandis que Cinq Mille Personnes en Meurent

« Une personne attrape le VIH/SIDA chaque 30 minutes. Un autre problème est que 50 mille personnes ne savent pas qu’elles sont infectées au VIH/SIDA ». Par André Gakwaya




Aimé-Ernest Nyirinkindi, chargé de la communication au niveau du changement de comportement au sein de RBC
La mission de RBC est donc de sensibiliser les Rwandais à éviter de nouvelles infections au VIH/SIDA. Pour cela, ils sont exhortés à observer la continence et la fidélité, utiliser le préservatif, accoucher chez le médecin, et se faire tester. Les cas de séroprévalence seront soumis au régime des ARV » a-t-il indiqué.
Il a tenu ces propos alors qu’il donnait une formation à Bugesera le weekend dernier à 40 journalistes regroupés au sein de l’Association des Journalistes qui luttent contre le VIH/SIDA et les autres maladies (ABASIRWA).
Il a précisé que dans tout le pays, tous les services liés au VIH/SIDA sont fournis. Certains kiosques à forte affluence de personnes infectées à Kigali, Huye, Ruvavu et Rusizi, bénéficient d’une distribution gratuite de condoms sept jours sur sept et durant 24 h sur 24.
Dans l’ensemble, 3 % de Rwandais âgés de 15 à 49 ans sont séropositifs, soit environ 300 mille personnes. 94 % de ce chiffre, soit 128 mille personnes, étaient sous le régime des ARV en 2013, toujours selon le chargé de la communication au sein de RBC, Ernest Nyirinkindi.
Il a dit que pour réduire de nouvelles infections au VIH/SIDA, il est capital de changer de comportement et de perception. Cela exige des connaissances grâce à l’information des médias.
«Nous suivrons bientôt les Objectifs de 2030 qui visent à réduire à zéro de nouvelles infections dans le monde, y compris au Rwanda », a-t-il confié.
Il est revenu sur les chiffres de 2015 diffusés par une enquête sur la vie des ménages et publiés tous les cinq ans.
Toujours selon ce rapport, Kigali est en tête avec 6,3 % de séroprévalence. Suit la Province du Sud avec 2,6 % de séroprévalence. Les Provinces de l’Est et de l’ouest ont chacune 2,4%. Tandis que la Province du Nord compte 2,3 %.
La séroprévalence au Rwanda au niveau national demeure de 3 % depuis dix ans. Ce qui atteste une appréciable performance du pays qui a maintenu une stabilité en évitant de nouvelles infections.
«Le VIH/SIDA se propage par un groupe de personnes infectées (bridging population) au sein de personnes vivant avec le VIH/SIDA et qui sont des prostituées. A Kigali 55% des prostituées sont séropositives. Tandis que dans tout le pays, 45,8 % des prostituées sont séropositives. On rencontre des associations de prostituées à Kigali et Huye, ainsi que dans les districts et centres frontaliers sur les grands axes routiers qui nous relient aux pays voisins. Notons qu’en ville, il y a plus de séroprévalence qu’en milieu rural », a-t-il poursuivi.
Entre 40-44 ans, les femmes infectées sont 7 %, tandis que les hommes 3,7 %. Entre 45-49 ans, les femmes infectées sont 5,5 %.
On explique cette prévalence élevée chez les femmes par le fait que les femmes à cet âge accusent une grande dépendance socio-économique. Tandis que pour les hommes à l’âge de 50 ans, ils éprouvent un besoin de trop se satisfaire sexuellement, surtout qu’à cet âge ils ont amassé de l’argent. A cet âge de 50 ans, les femmes ont atteint la ménopause. Elles sont stables et ne recherchent pas le sexe.
En comparaison avec d’autres pays, le Rwanda a certes 3 % de séroprévalence, un taux supérieur à celui de l’Ethiopie qui a 1,5 % et du Burundi qui aligne 1,4%. D’autres pays ont des taux élevés de séroprévalence comme la Tanzanie 5,1%, Kenya 6,3 %, Uganda 7,3 %, Malawi 10,6 %, Mozambique 11,3%, Zambie 13,3, Zimbabwe 15 %, ou Swaziland 27%.
Au Rwanda, la séroprévalence chez les veufs est élevé et atteint 13%. Chez les hommes circoncis 1,9% sont séropositifs, tandis que chez les hommes incirconcis, la séroprévalence est de 2,3%. Ce qui confirme que la circoncision réduit les infections dans 60 % des cas. (Fin)