Lancée en juillet 2017 par l’ambassade du Rwanda, l’opération dénommée "Umuganda" se poursuit à Brazzaville avec la participation des jeunes étudiants congolais.  Par Yvette Reine Nzaba



L'ambassadeur du Rwanda entouré de quelques volontaires exécutant l'opération

Après l’hôpital de Mpissa et le lycée de Mfilou, respectivement dans le deuxième et septième arrondissement de Brazzaville, l’ambassade du Rwanda au Congo, en collaboration avec la mairie de Bacongo et la Chaîne de la charité, a poursuivi, le 3 février, l’opération de salubrité dans l’enceinte de l'Institut national de recherche et d’action pédagogique (Inrap).

Cet espace avait déjà été désherbé dès le lancement, l’an dernier, de l’opération Umunganda (inspirée d’une activité lancée au Rwanda). Mais quelques mois plus tard, l’herbe avait encore envahi toute une partie de la cour de cet institut situé en face même de l’ambassade du Rwanda et à proximité du lycée technique commercial 1er-mai.

En effet, au Rwanda, tous les derniers samedis du mois, la population consacre un peu de son temps, et de son énergie, aux travaux d’intérêt général. Du sommet à la base, chacun s’y met avec joie en balayant une rue du quartier, en participant à la construction ou à la restauration des bâtiments d’utilité publique, l’aménagement des espaces verts, etc. Ce qui fait aujourd’hui de Kigali une référence en matière de propreté.

« Nous nous sommes adaptés à la journée citoyenne de salubrité lancée au Congo, et qui se déroule tous les premiers samedis du mois, en accord avec la mairie de Bacongo. Aujourd’hui, nous avons résolu de revenir désherber à l’Inrap, parce que l’herbe a repoussé », a expliqué l’ambassadeur du Rwanda, Jean Baptiste Habyalimana.

Cette opération de salubrité, a dit le diplomate rwandais, a coïncidé avec la semaine de l’héroïsme, qui vient d’être célébrée dans son pays. « L’héroïsme et le dévouement font partie de notre culture. Au cours de la semaine, des activités communautaires (compétitions sportives, causeries entre les jeunes et les vieux) ont été organisées. », a-t-il expliqué.

Après avoir donné la raison d’être de l’association de la Chaîne de Charité qu’il dirige, Brice Makaya a encouragé les jeunes au travail. « A partir de la création de cette chaîne, on a voulu donner une bonne image de la jeunesse congolaise. Nous voulons que les autres jeunes s’inspirent de nous et mettent la main à la pâte. L’association "Chaîne de la charité" se fixe pour objectifs d’aider les personnes démunies et d’œuvrer dans la lutte contre les antivaleurs, parce qu’on a remarqué depuis un certain temps que la jeunesse congolaise s’adonne à la facilité.», a-t-il indiqué.

Signalons qu’il y a plus de cinq ans, le conseil départemental et municipal de Brazzaville prenait une délibération portant institution de la journée citoyenne de salubrité. Selon celle-ci, l'opération se tient le premier samedi de chaque mois, de 8h à 12h. Elle a pour objet d’impliquer, de sensibiliser, d’organiser et d’encadrer les citoyens, dans la pratique collective et bénévole des activités relatives à la salubrité du cadre de vie. Il s’agit notamment du nettoyage en groupe des lieux publics, du planting des arbres le long des voies et places publiques, des activités multiformes d’éducation physique des citoyens en matière de salubrité et de l’environnement.