L'artiste belge d'origine rwandaise Laura Nsengiyumva a décidé de révolutionner une tradition belge de fin d'année en proposant un Saint Nicolas...femme et noire. Par Sabine Cessou



Queen Nikkolah propose une version alternative de la légende de Saint- Nicolas.
Harmony Benegusenga


« C’est toi, la femme de Saint Nicolas ? » Telles ont été les réactions émerveillées des petits garçons d’un club de football à Evere, un quartier de Bruxelles, agréablement surpris par la visite début décembre d’une « Queen Nikkolah » des plus originales. Ce n’est pas un homme blanc déguisé en Saint Nicolas de Myre, la figure de père Noël fêté le 6 décembre en Europe du Nord, qui est venu leur donner des bonbons et leur demander s’ils avaient été sages durant l’année. Ils ont en revanche reçu la visite d’une beauté noire tout de rouge vêtue, arborant une mitre faite de perles et de cheveux.

« Les enfants ont tout déconstruit très vite et n’étaient pas surpris, ils étaient là pour les bonbons, les cadeaux, la fête », note Laura Nsengiyumva. Cette artiste belge de 30 ans, d'origine rwandaise, est architecte de formation, diplomée de l'Ecole des arts visuels de La Cambre. Elle a décidé de réaliser cette performance cette année à Bruxelles, habillée par son ami styliste Alessandro Licata. « J’ai été demandée par ce club de football parce qu’il n’y avait plus de Saint Nicolas disponibles sur le marché ce soir-là », raconte-t-elle en souriant.

Faute d’avoir obtenu les autorisations des centres commerciaux où elle voulait incarner un Saint Nicolas comme les autres ou à peu près, elle a répliqué l’expérience le 10 décembre dans un centre communautaire du centre-ville dénommé Le Space. Les parents, issus de l’extrême diversité de Bruxelles, l’une des villes les plus cosmopolites d’Europe, étaient déjà conquis en arrivant. « Ils étaient soulagés de pouvoir vivre cette fête autrement et j’ai eu des retours très positifs », note l’artiste.

Père Fouettard noir

Comment lui est venue l’idée d’une Queen Nikkolah susceptible de déracialiser la fête en douceur ? Le débat divise et polarise depuis des années aux Pays-Bas et en Belgique autour de la figure de plus en plus contestée du « Zwarte Piet », le « Père Fouettard » en Belgique, qui accompagne Saint Nicolas pour châtier les enfants qui se sont mal conduits.

Sa réponse est simple. « Il y avait déjà un grand malaise durant mon enfance autour de cette figure très perturbante de Père Fouettard noir. Quand mon père se fâchait, je pensais toujours au Père Fouettard. Ce personnage a commencé à disparaître en Belgique, mais quand je suis arrivée aux Pays-Bas à 18 ans pour travailler, je me suis posé bien des questions sur la présence de ce "Zwarte Piet" stéréotypé. Pourquoi dit-on "Zwarte Piet" ["Piet noir"] et pas "Witte Sinterklaas" [Saint-Nicolas "blanc"] ? Je ne comprenais pas que ce soit aussi racialisé et ce nom m’a interloquée, en plus du grimage et de la caricature, qui me touchent aussi ».

Deuxième élément de réponse : Laura Nsengiyumva, primée lors de la Biennale des Arts de Dakar en 2012 pour une installation vidéo dénommée « 1994 », adore tout renverser. On voit dans cette oeuvre une famille rwandaise de Bruxelles dont les visages se décomposent en regardant la télévision, dans la lumière bleue du poste et un clair-obscur qui fait penser à Caravage.

« Ce portrait n’est pas ma famille mais pourrait l’être. Je voulais retourner l’œil de la télévision vers nous, quand nous avons vécu le génocide à travers les médias, explique-t-elle. J’avais six ans, le moment était important. Nous devions rentrer au Rwanda et avions déjà envoyé nos affaires, mais tout s’est redéfini. Cette image est la clé de l'expérience de la diaspora, avec la distance et cette guerre interne alors qu’on doit continuer à vivre tous les jours "normalement" malgré le deuil ».

En 2013, avec son installation vidéo « Helen », elle inversait encore les rapports habituels de représentation et de domination. Elle montrait une comédienne grecque raconter une histoire d’amour « un peu foireuse » doublée dans neuf langues africaines parlées à Bruxelles, à savoir le lingala, le kikongo, l'arabe, le wolof, le kinyarwanda, le kirundi, le swahili, le dida et le créole du Cap-Vert.

« On nous parle de "diversité" et de "Bruxelles, capitale européenne", comme s’il fallait cacher son africanité, raconte-t-elle. Je voulais montrer ce que cela fait de ne pas comprendre une langue et inviter à se promener dans un espace avec des tonalités différentes, des voix de femmes qui rient et parlent d’autre chose. Qu’on les entende dans leur humanité et non les postures rituelles de victimes ».

Décoloniser la Belgique

Pourquoi s’est-elle jetée à l’eau cette année en « Queen Nikkolah », écrit avec des « k » et un « h » comme en hommage à la chanteuse américaine Erykah Badu ? « J’ai juste eu le courage après un lent travail de déconstruction, répond-elle. Je me suis un peu réconciliée avec ma belgitude et me suis dit : si je veux, je prends la mitre, comme Basquiat avait pris la couronne. Si la mitre, avec sa forme phallique que j’ai rendue plus vulvique, me pose un problème, je peux me l'approprier et profiter de cette fête comme tout le monde »

Elle a donc vécu la meilleure Saint-Nicolas de sa vie. Ses parents, eux, l’ont bien pris. Son père, pédiatre, a même été touché, puisqu’elle s’est inspirée d’une photo de lui, découverte par hasard, déguisé en Saint Nicolas pour faire plaisir à ses petits patients. « J’ai reproduit sa performance », dit-elle.

Elle a choisi de rire en donnant à réfléchir. « Le noyau du débat, c'est qu'on n'accepte pas le côté créole de notre société, le fait que nous soyons mélangés et que les traditions changent avec les migrations, explique-t-elle. C'est un phénomène naturel. Le référent du Père fouettard, qui n’est apparu qu’à l’époque coloniale, c’est la serviabilité, le ridicule, la violence et la saleté. Sommes-nous dans la nostalgie de cette période ou voulons-nous avancer avec nos traditions et faire quelque chose de nouveau ? »

En attendant que le petit pavé qu’elle a lancé dans la mare produise son onde de choc, Laura Nsengiyumva est passée à ses autres projets. Parmi eux, une réplique à taille réelle de la statue équestre en cuivre du roi Leopold II, située dans le quartier royal du Trône à Bruxelles. Elle voudrait renverser le socle de la statue au-dessus de ce roi qui fut le propriétaire privé du Congo belge, en le faisant figurer en bloc de glace sur son cheval, pour le faire fondre lentement sous la lumière diffusée par le piédestal.

« Un socle qui nous représente, nous, tous les activistes qui essaient tant bien que mal de décoloniser la Belgique, poursuit-elle. Nous en tant que lumière qui pointe l’omniprésence fantomatique de ce roi, encore aujourd’hui ». Monumentale et proprement renversante, l’œuvre n’a pas encore trouvé le lieu rêvé pour être exposée. Ce qui ne saurait tarder.