Le ministère des Gouvernements locaux a achevé l'examen du processus de catégorisation du programme Ubudehe, dévoilant cinq nouvelles catégories dans lesquelles les Rwandais seront classés en fonction de leur statut socio-économique. La Rédaction







Ubudehe est une valeur culturelle et de longue date de l'assistance mutuelle qui a été adoptée par le gouvernement en 2000 dans le cadre des stratégies de lutte contre la pauvreté.

Dans le contexte actuel, Ubudehe peut être compris comme un système de stratification socio-économique dans lequel les Rwandais pauvres sont soutenus par des régimes de protection sociale.

Actuellement, les Rwandais ont été classés en quatre catégories, la première catégorie étant réservée aux personnes les plus pauvres de la société tandis que la quatrième catégorie concerne les membres les plus riches de la société.

Anastase Shyaka, le ministre des Gouvernements locaux, a déclaré que le Rwanda avait fait d'énormes progrès avec le programme Ubudehe, mais la catégorisation récente a été caractérisée par des défis.

Malgré les énormes dépenses financières dans le secteur de la protection sociale, les niveaux de réduction de la pauvreté ont été faibles au cours des cinq dernières années.

Entre 2012 et 2017, les dépenses publiques annuelles dans le secteur de la protection sociale sont passées de 64 milliards de rwf à plus de 130 milliards de rwf.

Au cours des cinq dernières années, a déclaré Shyaka, le Rwanda n'a enregistré qu'une amélioration de 0,9% de la réduction de la pauvreté.

Pour lui, c'est «probablement parce que nous ne soutenions pas les bonnes personnes».

Dans le cadre des nouvelles réformes, les catégories d'Ubudehe ont été révisées à cinq après consultations nationales avec les communautés, les citoyens, les organisations confessionnelles et les organisations de la société civile.

«L'accent particulier mis sur la nouvelle catégorisation est la sortie des communautés de la pauvreté. Si nous voulons transformer la personne qui reçoit le soutien, elle doit comprendre que le soutien ne sera pas éternel, sauf pour ceux qui sont plus vulnérables », a-t-il noté.

Qu'est-ce qui a inspiré cette révision ?

Les catégories précédentes ont été caractérisées par plusieurs défis, notamment la dépendance excessive des Rwandais à l'égard du gouvernement et la lente sortie des communautés de la pauvreté.

«Au fur et à mesure que nous investissions dans les gens, nous sommes devenus un État qui est considéré comme tellement aimable à donner à son peuple. Dans une certaine mesure, cela a créé un état d'esprit de dépendance où les gens disent qu'il est bon d'attendre du gouvernement », a déclaré le ministre.

Les catégories actuelles étaient également caractérisées par des appels et des plaintes répétitifs et constants pour changer de catégorie et par la petite corruption et les pots-de-vin dans le but d'obtenir des catégories inférieures.

La deuxième phase de catégorisation a également été caractérisée par le népotisme au niveau local, ainsi que par le mauvais cadre de mise en œuvre des catégories par les utilisateurs du programme.

C'est la même raison, a déclaré le ministre, «le cadre de mise en œuvre devait être revu pour s'assurer que nous soutenons réellement ceux qui doivent l'être».

Quoi de neuf?

Les nouvelles catégories ont tenté de redistribuer équitablement les ménages dans leur statut de bien-être socio-économique.

Auparavant, ils se plaignaient du fait que les ménages ayant un statut socio-économique différent étaient classés dans les mêmes catégories.

Par exemple, les ménages de la catégorie supérieure 1 et de la catégorie inférieure 2 avaient presque les mêmes caractéristiques de ménage.

La dénomination des catégories est passée de chiffres à des lettres, ce qui signifie que les nouvelles catégories seront appelées catégories A, B, C, D et E (catégorie spéciale).

Shyaka a déclaré à cette publication dans une interview exclusive le jeudi 25 juin que la nouvelle approche d'Ubudehe était inspirée du paradigme de la graduation.

«Les catégories« C »et« D »sont les principales catégories qui feront l’objet de l’obtention du diplôme et lors de la réception de toute intervention ou service de protection sociale, elles seront obligées de signer des contrats de performance des ménages», a-t-il expliqué.

Le nouveau modèle, a-t-il ajouté, devrait être rentable et répartir uniformément les ressources et attribuer des rôles et des tâches à toutes les catégories.

La catégorie E (spéciale) est une catégorie complètement nouvelle. Les ménages de cette catégorie sont ceux qui sont âgés, plus vulnérables et qui n'ont probablement aucune compétence pour occuper un emploi.

Ces ménages bénéficieront de la protection sociale complète de l'État, accédant à tout, du programme Vision 2020 Umurenge, des subventions pour les systèmes électriques domestiques solaires, de l'assurance maladie communautaire, des aliments composés enrichis et de Girinka, entre autres.

Les ménages des catégories A et B ne bénéficieront pas des régimes de protection sociale, mais ils devraient plutôt être des partenaires du développement communautaire par leurs investissements et leurs compétences qui créent des emplois et la responsabilité sociale des entreprises.

Que signifient les nouvelles catégories

A & B: catégorie de ménages aux choix de vie diversifiés et autonomes qui stimulent l'autonomisation de la communauté et la sortie de la pauvreté

C & D: Catégorie de ménages autonomes qui bénéficient d'interventions de protection sociale et d'interventions multisectorielles et doivent signer des contrats de performance (Imihigo) pour leur graduation dans un délai de 2 ans.

Catégorie spéciale (E): Cette catégorie de ménages devrait bénéficier de la pleine protection sociale de l'État et les individus de cette catégorie ne devraient pas obtenir de diplôme et ne signeront pas de contrats de performance.

Shyaka a déclaré que la mise en œuvre devrait être effective en janvier de l'année prochaine.