Comme tous les transporteurs aériens du monde, RwandAir, est aussi victime de la dépendance à l'égard des vols de passagers. Ces derniers, avec les mesures de confinement, qui ont cloué au sol toutes les compagnies. La Rédaction.  







Le transporteur RwandAir est en train de s’adapter pour durer en se transformant en transporteur de fret en attendant la fin de la pandémie # Covid-19, sinon d’incorporer le fret dans ses futures activités.

RwandAir a récemment intensifié la chasse aux accords de fret à travers la région et le globe comme le seul moyen de survivre au cours de cette période de confinement qui est une catastrophe financière pour RwandAir, mais aussi pour les autres compagnies aériennes du monde.

S’adapter et répondre aux besoins de la région.

La dépendance excessive au transport de passagers a évidemment frappé durement RwandAir et c’est pourquoi le mois dernier, RwandAir a commencé à opérer des vols internationaux transportant le fret vers Bruxelles, Londres et Guangzhou en Chine.

RwandAir opère aussi des vols à partir de Tanzanie en transportant le fret destiné toujours en Europe et en Chine.

Yvonne Manzi Makolo, PDG de RwandAir, a déclaré que: « Nous effectuons des vols cargo vers Bruxelles et Londres pour soutenir nos exportations. Nous allons également à Guangzhou pour récupérer les fournitures médicales et l'équipement nécessaire au Rwanda. »

Les experts soutiennent que les transporteurs régionaux tels que RwandAir dans le scénario de pandémie post # Covid-19 doivent diversifier leurs sources de revenus en réduisant la dépendance à l'égard des services passagers.

À court terme, les perspectives de RwandAir de se lancer de manière plus agressive dans les activités de fret seront entravées par son incapacité à mener actuellement des activités de fret sérieuses en raison du manque d’avions cargo longue portée.

Le seul choix qui s'offre à RwandAir est de recourir à l'utilisation de ses avions de passagers dans des cargos.

Techniquement, l'utilisation d'avions de passagers fait que ces avions transportent très peu de marchandises, ce qui rend l'entreprise non viable.

RwandAir pourrait bénéficier des fonds d’aide dans le cadre de fonds de soutiens financiers du gouvernement selon un plan de relance économique dans le cadre de Covid-19 qui vise à soutenir les entreprises du secteur les plus durement touchées par la pandémie afin qu'elles puissent survivre, et reprendre le travail et sauvegarder l'emploi.

Ce soutien lui permettra également de permettre la compagnie de se maintenir et de se positionner dans le cadre son partenariat avec Qatar Airways.

La stratégie globale du Rwanda,  vise à accroître la compétitivité de ses produits sur les marchés régionaux et internationaux tout en veillant à ce que son économie confinée dans un pays enclavé se transforme en économie connectée au reste du monde.

Avant la pandémie, RwandaAir, envisageait déjà de devenir un acteur régional de premier plan, devait entrer en phase d'exécution dans le cadre d'un accord de 1,3 milliard de dollars entre le Rwanda et le Qatar.

Cependant, dans la situation actuelle, RwandAir, à l'exception des grandes compagnies aériennes éthiopiennes et d'autres transporteurs, se sont retrouvés sans avion cargo long-courrier.

 «Le coût d'utilisation d'un avion de transport de passagers est plus élevé qu'un cargo, en raison d'un espace trop gaspillé car les cargaisons sont placées sur les sièges», explique un expert.

"Cependant, c'est beaucoup mieux que d'emballer les avions sur le tarmac", dit-il.

 

Dans le scénario post # Covid-19, les activités de fret deviendront plus viables, car seule une poignée de transporteurs en Afrique de l'Est pourront y accéder.