Overseas Private Investment Corp (OPIC)., l’agence de financement du développement du gouvernement américain, vise à investir en Afrique. Par IntelIvoire




OPIC projette de doubler les investissements en Afrique de 12,4 milliards de dollars afin de contrer l’influence croissante économique  et politique de la chine sur le continent.

En octobre, le Congrès américain a adopté une loi pour faire passer le budget de l’OPIC  de 29 milliards de dollars à 60 milliards de dollars, augmentant ainsi le financement de projets destinés aux pays en développement, y compris ceux d’Afrique, pour contrer la Chine, dont les pratiques commerciales, qui selon le  conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, sont « prédatrices. »

L’OPIC a maintenant la «flexibilité» nécessaire pour augmenter son plafond de crédit, a déclaré son directeur général pour l’Afrique, Worku Gachou, dans une interview accordée à Nairobi. Le financement du projet sera accordé lorsque le besoin s’en fera sentir, a-t-il déclaré.

« Nos prêts et nos projets en cours en Afrique vont se développer », a déclaré Gachou. «L’Afrique est la plus grande exposition régionale de l’OPIC, avec 6,2 milliards de dollars. L’objectif et l’espoir sont  que cela augmente également parallèlement à notre nouveau plafond de prêt.»

Bien que les États-Unis soient le plus important donateur en Afrique, la majeure partie de son argent est consacrée à la santé, à l’agriculture et à des projets d’eau salubre. En revanche, l’Initiative «Ceintures et routes» du Président Xi Jinping a mis l’accent sur les infrastructures, avec des investissements soutenus par la Chine, avec barrages et port en  Côte d’Ivoire , aéroports au Rwanda  voie ferrée au Kenya.

Xi a défendu son plan global de prêt pour les infrastructures, affirmant que ce n’était «pas un piège, comme certains l’ont qualifié».

L’agence basée à Washington « s’entretient avec plusieurs entreprises du secteur des TIC » au Kenya et dans la région dans le cadre de son plan d’investissement de deux ans dans les transports, les technologies de l’information et de la communication et les secteurs de la logistique, a déclaré Gachou. Elle a déjà injecté 100 millions de dollars dans Africell Holdings Ltd., un opérateur de télécommunications mobiles, dans le cadre de son investissement d’un milliard de dollars dans la région.

«Nous essayons vraiment de nous développer et de nous concentrer sur ce marché», a déclaré Gachou à propos des TIC.

Notons que la fille du président Donald Trump se rendra en Ethiopie et en Côte d’Ivoire pendant quatre jours ce mois-ci. La Maison Blanche a annoncé mercredi que son calendrier comprendrait un sommet sur l’autonomisation économique des femmes en Côte d’Ivoire, ainsi que des visites de sites et des réunions avec des dirigeants politiques, des cadres et des femmes entrepreneurs des deux pays.

Elle sera accompagnée de Mark Green, administrateur de l’Agence américaine pour le développement international. David Bohigian, président par intérim de la Overseas Private Investment Corporation (OPIC), et Kristalina Georgieva, présidente par intérim du Groupe de la Banque mondiale, qui accueille le sommet

L’OPIC fournit des prêts, des garanties de prêt et une assurance contre les risques politiques, finançant des projets couvrant plusieurs continents et tous les secteurs.