Une usine de production de smartphones devrait ouvrir au Rwanda et améliorer l’accès aux services numériques, ont annoncé des responsables.




Paula Ingabire, ministre des TIC et de l'Innovation s'est adressée au Parlement

Le plan a été dévoilé jeudi par les responsables du ministère lors de sa comparution devant la Commission parlementaire permanente de l’éducation, de la technologie, de la culture et de la jeunesse pour expliquer les problèmes liés aux TIC observés dans tout le pays.

Paula Ingabire, ministre des TIC et de l'Innovation, a déclaré que les négociations en vue de la création de l'usine avec Mara Corporation, une entreprise panafricaine de technologies, étaient en cours et qu'elle aurait pu commencer ses activités dans le pays en avril de cette année, bien qu'elle n'ait pas révélé suffisamment de détails à propos de ça.

Elle a déclaré que les téléphones intelligents étaient des outils TIC importants, car certains services numériques n’exigent que des téléphones intelligents, tels que l’accès aux services terrestres.

Le ministre a toutefois souligné la nécessité de garantir le caractère abordable des smartphones dont le coût élevé empêche les citoyens de bénéficier de divers services numériques.

Elle déclaré que dès que l'usine aura commencé à produire des smartphones, les clients pourront faire des paiements échelonnés sur une période de 24 mois.

Elle a déclaré qu'au niveau sectoriel, des chambres basées sur les TIC formaient les citoyens à la culture numérique et aux services fournis via la plateforme Irembo, tels que le paiement de primes à la Mutuelle de Santé parmi plus de 100 autres services numériques.

«Chaque chambre est équipée d'ordinateurs et d'Internet pour aider à améliorer la culture numérique. Nous voulons que cela soit étendu au niveau de la cellule », a-t-elle déclaré.

Innocent Muhizi, directeur général de l'autorité rwandaise chargée de la société de l'information

Innocent Muhizi, directeur général de l'autorité rwandaise de la société de l'information (RISA), a déclaré que chaque année, un certain montant est dépensé pour développer l'accès Internet dans les institutions publiques afin d'améliorer la prestation de services.

Il a déclaré que jusqu'à présent, plus de 1 000 institutions, dont 266 cellules, ont été connectées à Internet. Ce nombre devrait passer à 2 000 institutions d’ici à juin de cette année.

"Bien que la technologie 4G LTE couvre plus de 90% de la population, l'accès à Internet est encore faible, car les utilisateurs ont besoin d'appareils intelligents pour y accéder", a-t-il déclaré.

Toutefois, l’Autorité de réglementation des services publics rwandais a récemment indiqué que le taux de pénétration de l’Internet dans le pays avait atteint 47,7% d’ici septembre 2018.