journaliste Marie Maurisse a enquêté des cigarettes plus toxiques et plus addictives fabriquées en Suisse à destination de l’Afrique.  Par RTBF



C’est une révélation qui fait beaucoup de bruit en Suisse. La journaliste Marie Maurisse a enquêté pendant un an sur les multinationales du tabac installées en Suisse. Et elle a découvert que celles-ci fabriquent deux types de cigarettes: celles destinées au marché européen et celles destinées à l’Afrique. Et pour cette dernière, les produits sont beaucoup plus toxiques et plus addictifs.

Des tests réalisés par l’Institut suisse de Santé au travail révèlent que ces cigarettes destinées à l’Afrique sont beaucoup plus fortes et contiennent deux fois plus de nicotine et de goudron que celles destinées au marché européen.

« Swiss made »

Cela peut paraître étonnant, mais plus de la moitié des cigarettes fumées au Maroc sont fabriquées en Suisse. La confédération est le quinzième exportateur de tabac dans le monde. L’indication « swiss made » figure clairement sur les paquets de cigarettes vendus en Afrique. Et les consommateurs y voient une forme de garantie de qualité par rapport aux productions locales.

Or c’est l’inverse. Les multinationales installées en Suisse leur réservent une production plus nocive que celle destinée à l’Europe. Les cigarettiers affirment qu’ils ne font que s’adapter aux goûts locaux. Mais en réalité, la présence importante de nicotine indique plutôt une intention de rendre la population plus dépendante au tabac, d’autant plus qu’en Afrique les adolescents fument beaucoup.

Le cynisme des multinationales du tabac

Les cigarettiers ont vu, ces dernières années, fondre le marché européen et américain. Les campagnes anti-tabac ont été efficaces. Mais les multinationales n’entendent pas abandonner leur poule aux œufs d’or, même si celle-ci tue un humain toutes les six secondes sur terre.

La recette est simple: il faut développer un autre marché. L’industrie du tabac l’avait déjà fait dans les pays de l’Est après la chute du mur de Berlin en développant l’idée que la cigarettes occidentale représentait la liberté. Elle s’est ensuite attaquée à l’Asie en n’hésitant pas à privilégier une cible très jeune grâce à des campagnes publicitaires qui seraient impossible chez nous.

Enfin, c’est vers l’Afrique qu’elle s’est tournée, visant un bassin en développement. Aujourd’hui, selon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), 80% des fumeurs vivent dans des pays à faible revenu.

Fume, c’est du suisse

Le fait que ces cigarettes plus toxiques destinées à l’Afrique viennent de Suisse n’est pas un hasard. La confédération n’est pas soumise à la réglementation européenne qui fixe des quantités maximales de goudron et de nicotine. Elle peut donc exporter des cigarettes bien plus addictives que celles fabriquées chez ses voisins.

Participant au fait que si rien ne change en 2030, le tabac tuera 8 millions de personnes dans le monde, majoritairement en Afrique et en Asie.