Le gouvernement de Kigali a adopté les technologies numériques dans le système de distribution d'électricité alors qu'il cherche de plus en plus à répondre efficacement à la demande d'électricité du pays, a déclaré mardi le Ministre d'État de l'énergie, d’eau et d’assainissements, Germaine Kamayirese. Par AF avec Confidentiel Afrique 



Germaine Kamayirese a déclaré que le Rwanda a commencé à adopter la technologie du réseau intelligent dans le secteur de l’énergie- un réseau d’approvisionnement en électricité qui utilise la technologie de communication numérique pour détecter et réagir aux changements locaux d’utilisation.

Elle s’exprimait mardi à Kigali à l’occasion du troisième Forum africain sur les réseaux intelligents (Africa Smart Grid Forum). En termes réels, le réseau intelligent intègre de nouvelles technologies de mise en réseau, notamment des capteurs et des commandes qui permettent de surveiller la consommation d’électricité en temps réel et d’apporter des changements automatiques qui réduisent le gaspillage d’énergie.

« Actuellement, nous avons introduit des technologies de réseau intelligent en installant la fibre optique sur toutes les lignes de transport à haute tension construites et sur bon nombre de nos centrales électriques, ainsi qu’une infrastructure de comptage avancée pour surveiller les pertes dans le réseau et améliorer la collecte des revenus « , a déclaré Mme Kamayirese.

Défaillances du système 

Malgré ce rythme d’adoption des technologies dans le secteur de l’énergie, le secteur énergétique du pays continue de faire face à plusieurs défis, car de nombreuses personnes n’y ont toujours pas accès.

Plus de 50 % de la population n’ont pas accès à l’électricité, mais le pays s’est fixé un objectif ambitieux de couverture totale d’ici à 2024.

Même ceux qui sont raccordés au réseau, il arrive souvent qu’ils soient confrontés à des pannes d’électricité en raison du fait que les entreprises de services publics exploitent des réseaux qui n’ont parfois pas la capacité de détecter comment l’électricité est distribuée efficacement.

On estime que les pertes d’électricité dues aux lignes de distribution au Rwanda sont bien inférieures à 20 %. En général, plus de 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité en Afrique subsaharienne, tandis que des millions d’autres sont connectées à un réseau peu fiable qui ne répond pas à leurs besoins quotidiens en services énergétiques.

Les atouts du système

Les experts estiment que l’intégration des technologies de réseaux intelligents pourrait aider des pays comme le Rwanda à améliorer l’efficacité énergétique, à réduire les pannes d’électricité et le gaspillage d’énergie. Selon Claude Koutoua, président de la Commission africaine de normalisation électrotechnique (AFSEC), un organisme continental chargé de faire connaître les nouvelles technologies des réseaux intelligents et les normes associées, un réseau électrique plus intelligent pourrait changer fondamentalement la façon dont les gens paient et gèrent leur consommation d’électricité. Philippe Niyongabo, expert en énergie à la Commission de l’Union africaine (CUA), est d’accord, soulignant que l’adoption de réseaux intelligents peut permettre aux pays africains d’exploiter pleinement leurs ressources. Selon M. Koutoua, « L’Afrique est dotée d’énormes ressources énergétiques, tant en termes de sources d’énergie renouvelables que non renouvelables. Les technologies de réseaux intelligents offrent la possibilité de convertir ces ressources en services énergétiques fiables, efficaces et durables »

En retour, a-t-il ajouté, cela peut stimuler les secteurs productifs, le commerce et les services et améliorer la qualité de vie de la population.