Kigali, la capitale du Rwanda, accueillera les 20 et 21 août une conférence internationale qui abordera les thèmes liés à l'emploi des jeunes dans l'agriculture comme solution solide pour mettre fin à la faim et à la pauvreté en Afrique. Par Samir Benmalek



La conférence de Kigali se penchera sur les solutions technologiques qui appuient l’innovation technologique de production moderne dans le secteur agricole. Ph. DR
Trois axes seront abordés : jeunesse et entrepreneuriat, des innovations numériques pour surmonter les contraintes associées aux filières agricoles et l’avenir du travail agricole.
L'Union africaine et l'Organisation des Nations unies chargée de l'agriculture et de l'alimentation (FAO) organisent les 20 et 21 août à Kigali (Rwanda) une conférence portant sur l'emploi des jeunes dans le secteur agricole. Trois axes seront abordés ; jeunesse et entrepreneuriat, des innovations numériques pour surmonter les contraintes associées aux filières agricoles et l’avenir du travail agricole.
La FAO rappelle qu'en Afrique qui compte 1,2 milliard d’habitants dont plus de 60% ont moins de 25 ans, la création d'emplois est cependant actuellement très limitée dans les zones rurales où pourtant habite la majorité de la population. De plus, poursuit la FAO, l'incertitude demeure croissante quant à la capacité du continent à exploiter le potentiel des jeunes ruraux.
« Des dizaines de millions d'emplois devront être créés chaque année dans les régions rurales de l'Afrique pour tirer parti des dividendes de cette jeune population », écrit l'Organisation onusienne dans le préambule de la Conférence de Kigali. Si l'agriculture est le moteur de la croissance en Afrique, le Produit intérieur brut agricole varie selon les pays.
« On estime que la contribution directe de l’agriculture au PIB en Afrique a été de l’ordre de 15% en 2013. Il est à noter que cette contribution peut atteindre des proportions très élevées dans de nombreux pays, comme c’est le cas par exemple du Libéria où elle s’élève à près de 65% du PIB. Si on ajoute à cette contribution directe les effets indirects d’entrainement en amont et aval, la contribution globale de l’agriculture dans l’économie se chiffrerait entre 40% et 50% du PIB » rapporte une étude de 2017 intitulée «Relance de la productivité agricole en Afrique : l’espoir d’une sécurité alimentaire». L'agriculture est également le premier bassin de main-d'œuvre. D’après les chiffres de la Banque africaine de développement, en 2014 la population active employée dans l’agriculture en Afrique a avoisiné 54% de la population totale employée.
Évaluée par région, cette moyenne a été de 24% en Afrique du Nord, 46% en Afrique occidentale, 52% en Afrique centrale, 53% en Afrique australe et 77% en Afrique orientale. Aussi, la conférence de Kigali se penchera sur les opportunités offertes par les innovations de l'agro-industrie, y compris les innovations dans le domaine des TIC, tout au long des chaînes de valeur.