La compagnie aérienne RwandAir ajoutera au cœur de l’hiver une fréquence supplémentaire sur sa route entre Kigali, Bruxelles et Londres. Par Thierry Blancmont





Du 14 décembre 2018 au 27 janvier 2019, la compagnie nationale du Rwanda proposera un quatrième vol par semaine entre sa base de Kigali et les aéroports de Bruxelles-Zaventem et Londres-Gatwick, toujours opéré en Airbus A330-200 pouvant accueillir 20 passagers en classe Affaires, 21 en Premium et 203 en Economie. Les départs seront alors programmés selon Airlineroute mardi, jeudi, vendredi et samedi à 08h00 pour arriver à 15h50 en Belgique, en repartir à 17h10 et se poser à 17h25 en Grande Bretagne. Les vols retour quitteront Gatwick à 19h00 puis Zaventem à 21h40 pour atterrir le lendemain à 7h00. RwandAir est sans concurrence vers Londres, et fait face vers Bruxelles à Brussels Airlines – avec qui elle partage ses codes.
La CEO de RwandAir Yvonne Manzi Makolo avait annoncé en juin que sa flotte s’enrichira l’année prochaine de deux Airbus A330neo, des A330-900 qui viendront rejoindre a priori à partir de janvier son A330-200 et un A330-300 (30+21+223). Ces nouveaux avions serviront à lancer de nouvelles liaisons vers Guangzhou en Chine « en début d’année », et vers New York en juin. Dans ce dernier cas, le DoT a déjà accordé à RwandAir le droit de proposer des vols vers les Etats-Unis mais uniquement en partage de codes ou à bord d’avions opérés en wet lease.
Sur le réseau intérieur et régional, RwandAir opère quatre Boeing 737-800, deux 737-700, deux Bombardier Q400 et deux CRJ900 qui vont être retirés de la flotte (un des 737 est déjà basé au Bénin). L’arrivée de deux 737 MAX 8 en 2019 permettra selon la CEO d’ouvrir de nouvelles routes sur le continent, « la liste prioritaire » des destinations incluant Bamako au Mali, Conakry en Guinée, Addis Abeba en Ethiopie et Djibouti. Depuis le début de l’été, la compagnie a inauguré des vols vers Abuja au Nigeria et Le Cap en Afrique du Sud.
RwandAir prévoit de transporter près d’un million de passagers durant l’année financière en cours, contre 740.000 précédemment, avait déclaré Mme Makolo à ATW. Les plus grands défis de la compagnie sont « les coûts de carburant, la capacité et le fait d’avoir suffisamment de ressources qualifiées comme les pilotes ». La compagnie aérienne construit d’ailleurs une académie comptant actuellement 25 pilotes rwandais et « de nombreux expatriés ». RwandAir vise la rentabilité « idéalement dans les quatre à cinq prochaines années », a conclu la dirigeante.